Dimanche 22 septembre 2019

Saint-Louis (68)

Gregory Forstner, une peinture mordante

Fondation Fernet-Branca - Jusqu’au 29 septembre 2019

Par Vincent Delaury · L'ŒIL

Le 28 août 2019 - 266 mots

Dix ans après son exposition remarquée au Musée de Grenoble, la Fondation Fernet-Branca, via son directeur Pierre-Jean Sugier, invite Gregory Forstner, tout juste rentré en France après avoir vécu dix ans à Brooklyn, à montrer l’étendue de son talent.

Avec « Get in, Get out. No Fucking Around », le peintre, né à Douala au (Cameroun) en 1975 d’une mère française et d’un père autrichien, choisit, au sein d’un parcours chrono-thématique, de dévoiler une cinquantaine d’œuvres réalisées entre 2007 et 2019, peintures, mais aussi dessins et estampes, dont certaines pièces inédites, qui témoignent de son engagement dans une peinture expressionniste (couleurs violentes, touche enlevée) se servant d’animaux anthropomorphes – essentiellement des chiens et des cochons – pour parler de l’humaine condition, oscillant entre carnaval et tragédie. Ainsi, il pourrait faire sienne cette phrase signée Jean de La Fontaine : « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes. » Se nourrissant à la fois de l’histoire de l’art, de Bosch à Lüpertz via Ensor, de la culture populaire – ses cadrages serrés et images frontales rappellent le cinéma de Leone et de Tarantino – ainsi que de sa mythologie personnelle, Forstner réalise une peinture puissante, qui reste longtemps en tête après l’avoir vue. Le plus souvent de grand format, ses tableaux grotesques, à l’impact visuel redoutable, sont non seulement de beaux morceaux de peinture mais aussi, et surtout, une sacrée galerie de portraits ambivalents qui, sous leurs airs goguenards et décontractés, plongent sans chicaner dans les arcanes de la nature humaine, l’artiste tourmenté mettant volontiers les pieds dans le plat ô combien indigeste des barbaries de l’histoire et du nazisme.

« Gregory Forstner, Get in, Get out. No Fucking Around »,
Fondation Fernet-Branca, 2, rue du Ballon, Saint-Louis (68), www.fondationfernet-branca.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°726 du 1 septembre 2019, avec le titre suivant : Gregory Forstner, une peinture mordante

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque