Vendredi 14 décembre 2018

Giverny à l’heure américaine

Musée Marmottan, jusqu’au 11 mai 2008

Par Sophie Flouquet · L'ŒIL

Le 26 février 2008 - 304 mots

Le nom de la petite ville de Giverny, dans le Vexin, à 80 km au nord-ouest de Paris, restera toujours lié à celui de Claude Monet (1840-1926). En témoigne, dès la fin du XIXe siècle, la présence d’une véritable colonie d’artistes américains, tous fascinés par le maître de l’impressionnisme, comme l’illustre cette exposition du musée Marmottan. La Fondation Monet de Giverny ne conservant sur place aucune œuvre de l’artiste, la confrontation entre le maître et les Américains venus peindre dans son sillage ne pouvait avoir lieu qu’au sein du musée parisien.
En 1883, Monet s’aménage un havre de paix à Giverny, autour d’une résidence louée avec sa compagne Alice Hoschedé et ses enfants. Dix ans plus tard, il devient propriétaire d’une parcelle qu’il transforme en jardin japonisant. Désormais, c’est là qu’il puise son inspiration, face au bassin couvert de nymphéas qui hante la fin de sa carrière. Mais Monet est déjà un artiste célèbre dans le monde entier et suscite la curiosité.
Alors que le peintre goûte peu aux intrusions dans sa villégiature, Giverny devient, dès 1890, un lieu fréquenté par les artistes, notamment des Américains qui venant en Europe pour se former. Dans la campagne environnante ou à l’hôtel Baudy, on croise ainsi Sargent, Wendel, Leslie Breck ou encore Robinson qui parvient à gagner la confiance de Monet. D’autres poussent le mimétisme jusqu’à se créer un jardin analogue à celui de Monet.
Après la mort de ce dernier, en 1926, l’endroit sombre pourtant lentement dans l’oubli jusqu’aux années 1950, époque à laquelle les artistes Ellsworth Kelly puis Joan Mitchell retournent sur ses pas. Restaurée dans les années 1980, l’ancienne propriété de Monet accueille toujours quelques artistes boursiers venus des États-Unis. Pour que perdure l’esprit de Giverny...

« Voyage à Giverny », musée Marmottan, 2, rue Louis-Boilly, Paris XVIe, www.marmottan.com, jusqu’au 11 mai 2008.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°600 du 1 mars 2008, avec le titre suivant : Giverny à l’heure américaine

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque