Mardi 18 décembre 2018

Primitif italien

Duccio illumine Sienne

Le Journal des Arts

Le 5 décembre 2003 - 716 mots

Les origines de l’école de Sienne sont au centre d’une exposition particulièrement attendue dans la cité italienne. Celle-ci révèle les dernières découvertes autour de Duccio Di Buoninsegna.

 SIENNE - Organisée à Sienne autour de la version restaurée du grand vitrail circulaire de la cathédrale, attribué à Duccio Di Buoninsegna (vers 1255-1319) et datant de 1287-1288, la rétrospective du peintre tant attendue a été préparée par Bruno Santi et coordonnée par un comité scientifique dont a fait partie Michel Laclotte, l’ancien directeur du Musée du Louvre. « Duccio. Aux origines de la peinture siennoise » s’inscrit dans un ensemble de manifestations placées sous l’égide du Comité de mécènes de la ville de Sienne.
La date de l’exposition a dû être plusieurs fois repoussée à cause des importantes découvertes réalisées au cours de sa préparation. Du temps a ainsi été nécessaire pour l’étude et la restauration des cycles de peintures murales attribuées à des peintres du cercle de Duccio.
La rétrospective qui se tient à Santa Maria della Scala et au Musée dell’Opera del Duomo réunit une centaine de peintures, sculptures, miniatures et pièces d’orfèvrerie, témoignages du climat culturel dans lequel Duccio, le chef de file de l’école de peinture siennoise, a reçu sa formation. Articulé en huit sections chronologiques et thématiques, le parcours mêle le raffinement des œuvres à l’intérêt scientifique des nouvelles attributions. En prenant pour point de départ les contemporains siennois de Duccio, le visiteur découvre l’influence de la tradition byzantine sur les tableaux, manuscrits et dessins d’artistes tels Vigoroso Da Siena, Dietisalvi Di Speme, Guido et Rinaldo Da Siena ou Guido Da Graziano. Dans la deuxième salle, La Madone à l’Enfant du Musée d’art sacré de Castelfiorentino incite à reconsidérer les relations entre Duccio et les maîtres de Florence, Cimabue et Giotto. D’abord attribué à Duccio, ce tableau est aujourd’hui considéré comme le fruit de la collaboration entre les deux peintres florentins. Il est exposé face à la Madonna di Crevole, de Duccio, qui ouvre la troisième section entièrement dédiée au peintre siennois. Quelques chefs-d’œuvre provenant d’institutions italiennes, de collections privées et de musées étrangers illuminent le parcours, ainsi la Croce dipinta, du château di Gallico à Asciano, la Maestà du Kunstmuseum de Berne et le triptyque de la collection de la reine Elizabeth II d’Angleterre.
L’itinéraire se poursuit dans les salles vouées avec les disciples de Duccio, comme le « Maestro di Badia a Isola », le « Maestro di Città di Castello » ou celui « degli Aringhieri ». Les peintres suiveurs de Duccio de la seconde génération sont représentés par des œuvres comme le Crocefisso con dolenti du « Maestro della Maestà Gondi » et des artistes tels D’Ugolino Di Nerio, décrit comme « brillant et réactionnaire », ou Segna Di Bonaventura. Les maîtres actifs pendant les années 1340-1350 représentent la troisième génération inspirée par Duccio, à l’exemple de Niccolò Di Segna ou de Bartolomeo Bulgarini, mort en 1378, dont on peut admirer la Crucifixion conservée au Musée national de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Mais l’influence de Duccio transparaît aussi dans la production d’artistes siennois du XIVe siècle, ainsi Simone Martini (dont on peut admirer une rare Sainte Catherine d’Alexandrie) ou Pietro et Ambrogio Lorenzetti.
L’exposition s’achève sur la partie consacrée à la sculpture et à l’orfèvrerie, dans laquelle s’établit un dialogue entre les œuvres de Duccio et ses disciples sculpteurs comme Giovanni Pisano, Gano Di Fazio et Goro Di Gregorio ou ses disciples orfèvres : Guccio Di Mannaia, Duccio Di Donato et Ugolino Di Vieri. Les influences de la peinture et de l’orfèvrerie se lisent sur le marbre taillé de la Crucifixion d’un artiste anonyme, provenant de la petite église de San Pellegrino alla Sapienza, aujourd’hui conservé à la Pinacothèque nationale de Sienne.
De nombreuses œuvres de Duccio et de son école sont encore à découvrir à Sienne et dans sa région. À cet effet, la Ville organise des excursions et des visites guidées qui font partie intégrante du projet de l’exposition.

DUCCIO. AUX ORIGINES DE LA PEINTURE SIENNOISE

Jusqu’au 11 janvier 2004, Santa Maria della Scala et Musée dell’Opera del Duomo, piazza del Duomo, Sienne, tél. 39 0577 224 811, tlj 9h-19h30, jusqu’à 22h le vendredi et le samedi, billets disponibles en prévente au 39 093 556 4767, www.duccio.siena.it ; visites guidées, rens. 39 024 335 3522. Catalogue édité par Silvana Editoriale.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°182 du 5 décembre 2003, avec le titre suivant : Duccio illumine Sienne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque