Dimanche 18 novembre 2018

Design Miami

Son soleil, sa plage, son salon...

Par Christian Simenc · L'ŒIL

Le 6 août 2007 - 385 mots

Tirée par la puissante locomotive « Art Basel Miami Beach », la foire «Design Miami » s’est s’imposée en seulement deux éditions, au point de flirter avec le succès et les prix de l’art contemporain.

En à peine deux éditions, « Design Miami » est devenue la plus grande foire de design au monde. Avec dix-neuf galeries internationales réunies dans l’édifice phare du Design District, le Moore Buiding, l’édition 2006, qui s’est déroulée du 7 au 10 décembre, a dépassé sa jumelle Design Art Basel (Bâle), dix-sept participants en juin 2006, et surtout distancé la FIAC (Paris) dont la dernière édition, en octobre dernier, n’avait rassemblé que  huit marchands.

Des prix qui courtisent ceux de l’art contemporain
Cette année, le gros des troupes était fourni par les galeries new-yorkaises (Antik, Barry Friedman, Cristina Grajales, Demisch Danant, Espasso, Magen H., Phurniture, R20th Century, Sebastian Barquet) et parisiennes (Dansk Mobelkunst, Downtown, Galerie italienne, Kreo, Patrick Seguin, Jousse Entreprise). « Il s’agit là d’un bon équilibre entre des galeristes franchement contemporains et des galeristes plus historiques, si l’on peut parler ainsi pour des pièces datant, par exemple, des années 1950 », explique Ambra Medda, vingt-cinq ans, directrice de Design Miami 2006. Ambra Medda est, avec son compagnon Craig Robins, à l’origine de la première édition en 2005, née sous les auspices de Samuel Keller, patron des salons d’art contemporain Art Basel et Art Basel Miami Beach.
Aux récurrents Perriand-Prouvé-Royère et aux plus récents Panton et Kjærholm sont venus se frotter les tout jeunes Wieki Somers, Julia Lohmann, ou encore, Wokmedia. Aussi étonnant que cela puisse paraître, voir des pièces se négocier autour de 200 000 dollars n’était plus une exception. De là à conclure que le design marche sur les traces de l’art contemporain, il n’y a qu’un pas… que l’on peut désormais franchir aisément. D’autant que le « Designer de l’année 2006 », choisi à dessein par Design Miami, n’était autre que l’Australien Marc Newson, star de la création et, à ce jour, recordman du monde de l’enchère la plus élevée pour une pièce de design : 968 000 dollars pour un prototype de sa chaise longue Lockheed Lounge (Sotheby’s, New York, 14 juin 2006). Lors d’une conférence en plein air, Newson a alors avoué avoir jadis cédé ladite assise pour la modique somme de… 1 000 dollars.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°588 du 1 février 2007, avec le titre suivant : Design Miami

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque