Dimanche 25 février 2018

Céramique : le roi Decœur

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 29 septembre 2008

D’une pierre… trois coups. Émile Decœur (1876-1953) est célébré à trois reprises cet automne : deux rétrospectives, celles de la Manufacture de Sèvres et de la galerie Michel Giraud, spécialiste de Decœur, et l’édition d’une très belle monographie – la première – que le galeriste a réalisée pour l’événement. Il n’avait pas été exposé depuis 1922.

Il fut plus qu’un prodigieux céramiste, tout à la fois inventeur, chercheur singulier de techniques nouvelles et de recettes oubliées, réconciliateur forcené de matériaux a priori antinomiques. Chez le céramiste Edmond Lachenal, il acquiert très tôt une solide formation technique et ce goût de l’expérimentation.
Ayant vite délaissé le langage naturaliste Art nouveau où l’ornement détermine la forme, Decœur s’attache déjà au travail de la matière – l’émail – soumise au jeu du feu. Lorsque surgit l’Art déco, son langage se décante, le décor s’épure et s’harmonise avec la forme. Puis, vers 1925, le décor disparaît complètement, désormais formé par la matière elle-même : d’épaisses coulées d’émail inégalement réparties sur les pièces, jouant comme un révélateur de la forme. Vivantes vibrations, reliefs profonds et transparents, sombres brillants, pureté monochrome, plénitude des formes, Decœur atteint là la maîtrise parfaite de son art.
De sa longue collaboration (1907-1940) avec le collectionneur américain A. Curtis, dont les commandes lui permettront de donner libre cours à son imagination, naîtra une riche production. Elle fait l’objet de l’exposition de la Manufacture de Sèvres. Juste retour pour celui qui y fut conseiller artistique de 1939 à 1948 et dont les créations y sont encore éditées.
Après avoir été célébré et avoir collaboré avec les plus grands, Émile Decœur disparaît discrètement. Au moment où, à Vallauris, Picasso, au sommet de sa gloire, réinvente cet art dit mineur.

Voir

« Émile Decœur » :
- Galerie Michel Giraud, 35-37, rue de Seine, Paris VIe, www.galeriemichelgiraud.com, du 3 octobre au 15 novembre 2008 ;
- Manufacture de Sèvres (92), manufacturedesevres.culture.gouv.fr, jusqu’au 31 décembre 2008.
- Émile Decœur, éditions Giraud, 240 p., 55 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°606 du 1 octobre 2008, avec le titre suivant : Céramique : le roi Decœur

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque