Vendredi 22 novembre 2019

Art moderne

Musée Bonnard, Le Cannet (06) Jusqu’au 25 septembre 2011

Bonnard dans la lumière du Cannet

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 23 juin 2011 - 422 mots

LE CANNET

L’ouverture du Musée Bonnard, le 26 juin au Cannet, répare un vide. « Pour ne pas dire une injustice faite à l’encontre de ce peintre discret et de son œuvre », précise sa directrice, Véronique Serrano, commissaire de la première exposition inaugurale « Bonnard et le Cannet. Dans la lumière de la Méditerranée ». 

Sa création dans cette ville, il est vrai, ne doit rien au hasard. Après avoir été ébloui par la lumière et les couleurs du Midi dès son premier séjour à Saint-Tropez en 1904 auprès de Vuillard et Roussel, Pierre Bonnard est revenu régulièrement séjourner avec Marthe sur la Côte d’Azur avant de louer au Cannet plusieurs villas et d’acquérir en 1926, sur les hauteurs de la ville, une humble villa rose avec vue sur la baie de Cannes et sur l’Estérel qu’il baptisa « Le Bosquet ». 

« C’est dans ce “charmant pigeonnier”, selon l’expression de Matisse, que Bonnard a peint près de trois cents tableaux et gouaches parmi les plus inspirés de son œuvre », rappelle Véronique Serrano. C’est effectivement dans cette demeure, toujours propriété de la famille du peintre et située à quelques encablures du musée, que les œuvres ultimes de Bonnard – La Terrasse ensoleillée, L’Atelier au mimosa ou L’Amandier en fleurs – se sont développées dans une profusion colorée proche de l’abstraction. 

Forte d’une quarantaine de paysages du Midi et du Cannet, mais aussi de scènes d’intérieur, d’autoportraits, de photographies, de correspondances et d’agendas de l’artiste, l’exposition invite à la relecture de ces années passées dans la lumière méditerranéenne « à rendre vivante la peinture ». Les prêteurs nationaux, internationaux ou privés ont été généreux.

Rarement création et ouverture de musée ont autant bénéficié de bonnes fées et d’encouragements unanimes. À commencer par les liens tissés depuis 1983 par Michèle Tabarot, ancienne adjointe à la mairie du Cannet devenue maire de la ville et députée, avec la famille de l’artiste, et par l’achat par la municipalité, en 1998, de l’hôtel Saint-Vianney pour abriter le musée.

La création du comité scientifique, placé sous l’égide de feu Françoise Cachin, comme la constitution de la collection axée sur la période 1922-1947, durant laquelle le peintre est venu régulièrement au Cannet, ont elles-mêmes profité de soutiens, en particuliers de la Fondation Meyer, de l’État et de musées. La collection, dotée de cent cinquante œuvres, fera d’ailleurs l’objet d’une présentation partielle à partir d’octobre.

« Bonnard et Le Cannet. Dans la lumière de la Méditerranée »

Musée Bonnard, 16 bd Sadi-Carnot, Le Cannet (06), www.museebonnard.fr, jusqu’au 25 septembre 2011.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°637 du 1 juillet 2011, avec le titre suivant : Bonnard dans la lumière du Cannet

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque