Vendredi 22 novembre 2019

Couture

Au bonheur d’Alice

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 13 novembre 2013 - 482 mots

Le Musée Carnavalet raconte la mode parisienne au début du XXe siècle à travers une « petite main ».

PARIS - Pour raconter « Le Roman d’une garde-robe », le Musée Carnavalet-Histoire de Paris et le Palais Galleria-Musée de la mode de la Ville de Paris ont choisi pour héroïne Alice Alleaume (1881-1969). Incarnation de l’élégance parisienne jusqu’au bout de ses doigts délicats, Alice Alleaume affiche un curriculum vitae sans une seule faute de goût. Fille d’Adèle « couturière en robes » sous le Second Empire, sœur cadette d’Hortense première vendeuse chez Worth, elle-même première vendeuse chez Cheruit avant d’épouser un banquier philanthrope, « Madame Alice » cultive d’autant mieux la mode qu’elle l’a connue de l’intérieur.

Léguée au Palais Galleria entre 2008 et 2010, la collection personnelle d’Alice, aussi élégante au bal de l’orphelinat de la Bijouterie que sur une plage normande, offre un aperçu des plus belles tenues que l’on pouvait trouver sur la rue de la Paix – cette « Voie royale de la mode » était, avec la place Vendôme, l’artère principale pour les maisons de couture avant de devenir l’écrin préféré des bijoutiers de luxe. « L’impressionnisme et la mode », présentée il y a un an au Musée d’Orsay, à Paris, avait touché du doigt cette frénésie de mode qui s’était emparée de la capitale au cours du XIXe siècle, avec la création des grands magasins, le développement du prêt-à-porter et la diffusion des modèles à grande échelle par le biais des revues spécialisées.

Née en 1881, Alice Alleaume profite de ces circuits bien rôdés pour satisfaire ses clientes et ses propres envies. Car, une fois n’est pas coutume, l’exposition ne dresse pas le portrait d’une femme issue de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie qui aurait fondé sa réputation sur son élégance, mais bien celui d’une « petite main » talentueuse, dont l’anglais parfait, les manières impeccables et le goût assuré ont permis de devenir la confidente des acheteuses du grand monde dont le nom résonne encore aujourd’hui.

Dans une scénographie soignée, multipliant les références documentaires (carnets de commande, échantillons, dessins…), défilent les robes, les bijoux et les noms des maisons de couture aussi prestigieuses que parfaitement oubliées, sur un paysage de photographies évoquant l’atmosphère de ruche qui régnait dans ces établissements. Les quelques portraits très posés dans lesquels la fille d’Alice, Ginette, décline les tenues d’adulte parachèvent ce précieux témoignage d’une passion familiale. Et apportent la preuve que cette habitude qu’ont certaines mères d’habiller leurs filles (leurs poupées ?) comme des « grandes » en dehors de tout contexte de jeu, ne date pas d’aujourd’hui.

Roman d’une garde-robe. Le chic d’une parisienne de la belle Epoque aux années 30,

jusqu’au 16 mars 2014, Musée Carnavalet-Histoire de Paris, 23, rue de Sévigné, 75003 Paris, tél. 01 44 59 58 58, www.carnavalet.paris.fr, tlj sauf lundi et jours fériés 10h-18h. Catalogue, Paris Musées, 230 p., 35 €.

Légende photo

Robe du soir, non griffée, 1920-1925, lamé argent et bleu, pans en mousseline de soie bleue, broderies de strass sur tulle de soie bleue. ©Photo : Stéphane Piera/Galliera/Roger-Viollet.

Jeanne Lanvin, Plastron et paire de manchettes « Sèvres », 1934-1935, cabochons en celluloïd ivoire en pointes de diamants cousus sur un fond en toile de soie ivoire. © Photo : Stéphane Piera/Galliera/Roger-Viollet.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°401 du 15 novembre 2013, avec le titre suivant : Au bonheur d’Alice

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque