Mercredi 21 octobre 2020

Art ancien

Arelate refait surface au Louvre

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 23 avril 2012 - 328 mots

Établie à un emplacement stratégique, sur les berges du Rhône à proximité du littoral et à la jonction des voies de communication terrestre reliant l’Espagne à l’Italie, la colonie romaine d’Arelate, fondée par Jules César en 46 avant notre ère, constitue durant l’Antiquité une place forte de la Gaule méridionale et un carrefour commercial incontournable.

Or, aujourd’hui, hormis ses impressionnantes arènes, il ne subsiste que de très rares vestiges rappelant ce glorieux passé ; du moins en surface, car le lit du Rhône, lui, en regorge. Découverts fortuitement et collectionnés depuis la Renaissance, les vestiges antiques font depuis vingt-cinq ans l’objet de campagnes systématiques de prospection et de fouille subaquatiques ; des campagnes dont le Louvre présente actuellement les pièces les plus remarquables.

Au cœur d’une scénographie élégante qui plonge le visiteur dans une légère pénombre évoquant le contexte sous-marin des fouilles et qui met bien en valeur les pièces exposées, on découvre des sculptures monumentales, fragments d’architecture qui témoignent du faste des constructions d’Arelate, mais aussi de beaux exemples de statuaire comme le portrait d’une jeune Arlésienne et la statue triomphante de Neptune, dieu de la Mer et du Commerce maritime qui occupait une place de choix dans le panthéon de cette colonie. L’exposition évoque également la vie quotidienne des habitants et des marins en présentant des objets utilitaires : vaisselle, lampes ou encore amphores. Elle illustre aussi le goût de l’aristocratie locale pour les objets de luxe, notamment ces statuettes en bronze d’un grand raffinement.

Enfin, le parcours se clôt sur une des pièces majeures mises au jour ces dernières années, un buste en marbre dont l’identité divise les spécialistes : le portrait présumé de Jules César. Très didactique, l’exposition explique les méthodes utilisées pour l’identification des portraits et fait le point sur les connaissances archéologiques que ces récentes découvertes ont permis d’actualiser.

Information

« Arles, les fouilles du Rhône. Un fleuve pour mémoire », Musée du Louvre, palais du Louvre, place du Carrousel, Paris-1er, www.louvre.fr

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°646 du 1 mai 2012, avec le titre suivant : Arelate refait surface au Louvre

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque