Lundi 17 décembre 2018

Editathon ART + FEMINISM veut lutter contre les inégalités de genre sur Wikipédia

Par Marine Vazzoler · lejournaldesarts.fr

Le 7 mars 2017 - 640 mots

PARIS [07.03.17] – La 3e édition française du marathon Editathon ART + FEMINISM a eu lieu les 4 et 5 mars à l’Hôtel de Soubise. L’occasion pour qui le souhaitait de rédiger des articles sur les femmes et la culture, trop peu représentées dans Wikipédia.

Quelques dizaines de bénévoles se sont retrouvés samedi 4 et dimanche 5 mars aux Archives Nationales de Paris (Hôtel de Soubise) dans le cadre de la 3e édition de l’Editathon ART FEMINISM. Venus avec leurs ordinateurs, ils ont contribué à améliorer la « présence de la femme et des arts sur Wikipédia. »

Cette initiative est née en 2014 à New York grâce à l’association ART FEMINISM et a été importée en France en 2015 par Flora Katz et Mikaela Assolent. Les contributeurs Wikipédia de cette édition 2017 étaient libres de proposer et choisir des sujets à éditer sur la plateforme internet.

Epaulés par des « wikipédiens » aguerris, les novices ont ainsi eu la possibilité de rédiger des articles sur la performeuse et comédienne Rébecca Chaillon ou sur la danseuse Lasseindra Ninja. Des groupes de traduction ou de modification d’articles ont également œuvré pour corriger ou compléter les publications sur la peintre Thérèse Oulton ou encore sur l’artiste Ana Mendieta.

Le 3e marathon de l’édition française avait pour thème la « désidentification », notion que le théoricien de la performance José Esteban Muños développe dans son livre éponyme Désidentifications : Queers de couleur et performance du politique (1999). Ce terme de « désidentification », José Esteban Muños l’a forgé en étudiant les pratiques artistiques queers et de couleur. Pour lui, les artistes issus de cultures ou de nationalités multiples, ayant un genre ou une sexualité non binaire font des œuvres qui dénoncent et « échappent à des idéologies unilatérales et fixes. » Lors de l’Editathon un article sur cette notion de « désidentification » a ainsi été rédigé sur la plateforme Wikipédia.

L’Editathon parisien offrait également la possibilité au public d’assister à des performances entrant en résonance avec cette réflexion sur l’identité. Ainsi samedi avait lieu une discussion performative entre les artistes transgenre Wu Tsang et Vaginal Davis puis, plus tard, une performance de Boychild et Bendik Giske.

A l’origine de ce marathon d’édition il y a une étude, réalisée en 2011, qui révélait que moins de 10% des contributeurs Wikipédia étaient des femmes. Lors de son discours introductif de la performance de Wu Tsang et Vaginal Davis, Flora Katz a affirmé que ces inégalités existaient encore et qu’environ 12% des contributeurs Wikipédia étaient des femmes. Les causes de ces inégalités sont multiples et selon une étude de la Wikimédia Foundation, certaines femmes auraient une appréhension de l’outil Wikipédia, de son langage et ses technicités. D’autres inégalités existent et dans le contenu cette fois. Un « Wikimédien » connu sous le nom de « Kvardek » confiait samedi au Journal des Arts que les biographies éditées aujourd’hui sur Wikipédia étaient à « 84% des biographies d’hommes. » Un événement tel que celui organisé aux Archives Nationales doit permettre « une sensibilisation dans Wikipédia sur ces inégalités qui continuent d’exister » et notamment dans le langage utilisé sur Wikipédia. La plupart des articles étant écrits par des hommes, la manière dont on parle des femmes sur Wikipédia reste très masculine.

Si l’année dernière 600 personnes s’étaient déplacées soit pour rédiger des articles soit pour assister aux tables-rondes et performances, le nombre de fiches éditées ne s’élevait qu’au nombre de 30. L’année 2017 aurait été « plus productrice » selon Kvardek.

Mais si l’événement aide à prendre conscience de ces inégalités qui subsistent dans le domaine de l’art et de l’Internet, il relève surtout du symbolique. Rien ne semble prévu entre deux manifestations.

« Je milite à partir de l’art » expliquait Flora Katz au Journal des Arts. « L’Editathon est militant car il est important d’introduire tout cet héritage pas présent dans la critique d’art actuelle. »  

Editathon ART %26#043; FEMINISM

La manifestation est produite par Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette

Légende photo

Editathon 2016, Archives nationales, Paris © Vinciane Verguethen

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque