Mardi 17 septembre 2019

Des représentants de renom du monde de l’art cités comme témoins dans le procès contre la Fondation Warhol

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 15 juillet 2010 - 366 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [15.07.10] – Le célèbre galeriste et marchand d’art contemporain, Larry Gagosian ainsi que des responsables de Christie’s sont appelés à témoigner dans le cadre d’une bataille juridique opposant la fondation Warhol au propriétaire d’un autoportrait de l’artiste.

L’un des plus importants galeristes et marchands d’art contemporain, Larry Gagosian, Martha Baer, haut responsable de Christie’s New York et Barrett White de la Haunch Venison Gallery – la galerie d’art contemporain de Christie’s – ont été invités à témoigner auprès de la Cour de New York dans un procès engageant plusieurs millions d’euros qui oppose la Fondation Andy Warhol, chargée du catalogue raisonné de l’artiste et de l’authentification de ses œuvres, à un cinéaste britannique, Joe Simon-Whelan, propriétaire d’un autoportrait de Warhol.

En 2009, Simon-Whelan poursuivait la Fondation Andy Warhol et plus précisément la Andy Warhol Art Authentication Board qui se charge de délivrer les certificats d’authentification pour avoir refusé de lui authentifier à deux reprises un autoportrait de Warhol de 1964 qu’il souhaitait vendre en 2001. Le cinéaste avait accusé la fondation de « se livrer à une conspiration visant à restreindre et à monopoliser le commerce d’œuvres d’Andy Warhol sur le marché ». Il avait ajouté dans sa plainte que le conseil d’authentification veut garder la côte de l’artiste élevée en limitant les œuvres disponibles sur le marché.

Selon les déclarations des avocats de la fondation dans le quotidien britannique The Independent, celle-ci conteste vigoureusement les accusations de Simon-Whelan et entend bien poursuivre le cinéaste « pour le reste de sa vie » s’il le faut pour se faire rembourser les frais juridiques. Selon eux, le réalisateur veut profiter de la médiatisation de l’affaire pour la promotion de son livre et de son futur film qui traite justement du procès.

La fondation soutient que l’autoportrait est un faux parce qu’il est imprimé et non peint à la main et réalisé sur une toile plutôt que sur un support en coton et va plus loin, affirmant dans une lettre adressée à la Cour que le tableau avait été volé dans une résidence du Buckinghamshire avant son acquisition par Whelan.

Christie’s et les représentants de Larry Gagosian n’ont pour l’instant émis aucun commentaire sur l’affaire.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque