Mardi 11 décembre 2018

Dérapage du ministre ukrainien de la Culture sur le patrimoine génétique des Ukrainiens de l’Est

Par Emmanuel Grynszpan (correspondant à Moscou) · lejournaldesarts.fr

Le 24 novembre 2016 - 496 mots

KIEV (UKRAINE) [24.11.16] – Le récent nouveau ministre de la Culture d’Ukraine a provoqué un tollé en pointant la diversité génétique des habitants de l’Est du pays en proie à une rébellion armée soutenue par la Russie. Il s’en est excusé.

L’Ukraine disposait enfin depuis six mois d’un ministre issu du milieu culturel (un acteur) après une succession de technocrates de mauvaise réputation. Nommé en avril dernier, Evgueni Nichtchouk, 44 ans, a gâché une grande partie de son crédit mardi soir sur un plateau télévisé en attribuant les problèmes de l’est de l’Ukraine à une diversité génétique artificielle, résultant de la politique menée par les dirigeants soviétiques.

« La situation dans l'est et le sud [de l’Ukraine] découle d’un abîme de la conscience. Lorsque nous parlons du fond génétique à Zaporojié et dans le Donbass : ce sont des villes d’allogènes (*). Il n’y a là-bas aucun fond génétique, ces villes ont délibérément été peuplées d’allogènes. Tcherkassy [dans le centre de l’Ukraine] est une glorieuse capitale cosaque et la patrie de [Taras] Chevchenko [le Hugo ukrainien]. La ville de Tcherkassy a été peuplée à moitié d’allogènes. Pourquoi? Parce qu'ils avaient peur de l'esprit de Shevchenko. », a ainsi déclaré Nichtchouk sur la chaîne ICTV, dans l’émission Liberté d’expression.

Cette explication « génétique » a immédiatement soulevé un tollé en Ukraine, sur fond de conflit opposant le gouvernement à une rébellion armée par Moscou dans l’est du pays, qui a fait près de 10 000 morts depuis 2014. De nombreuses personnalités libérales ont critiqué le ministre. L’opposition a réclamé sa démission. Mais Nichtchouk a aussi reçu des soutiens et n’a pas été rappelé à l’ordre par les autorités. Son argumentaire alimente en outre la propagande russe, qui accuse le pouvoir ukrainien d’être composé d’ultranationalistes.

Mercredi, le ministre de la Culture s’est maladroitement excusé devant les journalistes, affirmant que ses propos « ont été détachés du contexte de l’émission. J’ai parlé du fait qu’il faut attirer l’attention sur le dialogue culturel et l’échange avec les régions de l’est, parce que pendant longtemps elles ont souffert de sous-financements de projets [promouvant la culture ukrainienne]. C’était là le sens de mon propos (…) Tous se sont offusqués du mot génétique. S’il a vexé certains, je m’en excuse ».

Circonstance atténuante, le ministre a perdu récemment son épouse, l’actrice Oksana Batko-Nichtchouk, décédée le mois dernier. L’un des activistes les plus fervents et remarqués de la révolution de Maïdan, qui a démarré il y a trois ans jour pour jour, Evgueni Nichtchouk a reçu la distinction « d’artiste du peuple d’Ukraine » en 2015 des mains du président Petro Porochenko. Il dirige un ministère notoirement sous financé, qui peine à préserver le patrimoine national et ne peut guère se targuer de mener une politique cohérente envers la création contemporaine.

Note

(*) En ethnologie, allogène est un groupe ethnique installé depuis relativement peu de temps sur un territoire et présentant encore des caractères culturels ou phénotypiques qui le distinguent de la population indigène.
Source Wikipedia

Légende photo

Evgueni Nichtchouk, ministre ukrainien de la Culture © Photo Reactor691 - 2016 - Licence CC BY-SA 4.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque