Dimanche 25 février 2018

Festival

Une saison sans suspense

Par Anaïd Demir · Le Journal des Arts

Le 10 septembre 2007

Un Printemps de septembre sans vertige ni surprises à Toulouse.

TOULOUSE - À Toulouse, s’il souhaite éprouver des vertiges, le festivalier n’aura guère plus que les
clochers de la ville pour se pencher. Pas de sueurs froides, de pas chavirés, de glissements de terrain ni même de suspense hitchcockien pour cette nouvelle saison du Printemps de septembre, sous-titrée « Vertiges ». Aucun des douze spectacles et vingt-trois expositions ne permet malheureusement de perdre pied ou tête, tout juste perd-on patience tout au long de cette deuxième édition du festival, établie sous la direction de l’artiste Jean-Marc Bustamante, avec la complicité des commissaires d’exposition Pascal Pique et Jean-Pierre Criqui. Où sont les « vertiges » promis ? Les pertes de repère sont surtout d’ordre géographique : est-on vraiment à Toulouse pour le Printemps de septembre ou bien dans n’importe quelle autre manifestation actuelle d’art contemporain ? Que reste-t-il de cet événement né à Cahors et consacré à la photographie, puis à l’image ?
Les installations, les volumes, le dessin et la peinture semblent en effet avoir définitivement pris le pas sur les clichés et la vidéo.
Les expositions présentées dans huit lieux différents sont suffisamment dispersées, éloignées les unes des autres pour qu’en arpentant les rues de la Ville rose le visiteur puisse constater que le lien entre le festival et la population locale s’est distendu jusqu’à avoir quasiment disparu. Il faut beaucoup de motivation pour tout voir, surtout que notre attention est loin d’être stimulée par les animations supposées ponctuer l’agglomération toulousaine durant trois semaines. Rien ne laisse transparaître l’esprit festif qui est censé irriguer la ville à travers les divers espaces d’exposition, les concerts… Pas de performances tapageuses ni d’œuvres qui déborderaient de leur cadre pour surprendre le public.
Les interventions des artistes sont confinées dans leurs lieux respectifs : aux Abattoirs, dans le sublime cloître des Jacobins, dans la mystérieuse Maison éclusière, à l’École des beaux-arts, au Château d’Eau, à l’Espace EDF et dans l’Espace Croix-Baragnon. Il y a un an, dans la même ville, les enseignes-néon de Franck Scurti sur les façades de certaines boutiques au bord de la Garonne semaient un trouble dans l’esprit du passant. Réelles enseignes de tabac ou de pharmacie ou effet d’optique ? Un jeu esthétique qui n’a pas manqué de marquer les visiteurs. Cette année, le seul lien avec la ville est celui qui est établi trop discrètement par l’artiste anglaise Alice Anderson. Elle intervient sur la grille des programmes de TLT, la chaîne de télévision toulousaine… Mais qui verra sa prestation, ses fictions poétiques, enchanteresses et énigmatiques… sinon quelques curieux qui captent ces programmes ? Alice Anderson aurait sans doute eu plus d’impact sur une chaîne où la téléréalité règne.
Peu d’œuvres sont à couper le souffle, même aux Abattoirs. Ce lieu dédié à l’art contemporain réunit le plus grand nombre d’artistes du festival, jeunes et moins jeunes, pour une belle sélection dont les effets ne sont pas pour autant très stimulants. D’entrée, avec les Wall Drawings de Jean-Luc Moerman, le visiteur pénètre dans un univers pictural simulant les effets psychotropes. Un état que l’on retrouve avec les toiles vibrantes de Philip Taafe, un héritier de l’op’art, ou encore avec les
assemblages chimiques de Fred Tomaselli : des œuvres florales ou abstraites à base de feuilles de cannabis, d’acides et autres pilules multicolores aux pouvoirs visuels garantis. Sans effet, la Peinture de chambre de David Reed. Plus loin, l’environnement de Franz Ackermann nous englobe dans un espace qui représente l’évasion sous toutes ses formes : miroirs déformants, effets optiques, peinture, visions photo ou vidéo d’un ailleurs, nomadisme et rêve éveillé. Plus naïve, la projection de Jennifer Steinkamp nous entraîne dans un mur floral évolutif qui intègre l’ombre d’un spectateur toujours pas évanoui. Björn Dahlem fait rayonner des ustensiles et objets de toutes sortes sur des pics de bois prêts à nous aveugler…
Mais les vraies sensations sont à trouver du côté de la New-Yorkaise Chloe Piene, dont la vidéo oscille entre aspect tribal et horreur : les sons de ce plan-séquence cauchemardesque, où une enfant sauvage hurle en boucle, prennent un caractère particulièrement obsédant tout au long de la déambulation dans ces anciens abattoirs. Teresa Hubbard et Alexander Birchler nous infiltrent, quant à eux, dans une mystérieuse tension dramatique à travers un film, Single Wide : un véhicule encastré dans une maison préfabriquée, une femme, un appel téléphonique, la chambre d’une enfant… On passe et repasse sur les lieux d’un crime dans une ambiance cinématographique. Et les craintes nocturnes de l’enfance ressurgissent.
À l’École des beaux-arts, Gerhard Merz, artiste allemand de 58 ans, nous éblouit en éclairant l’espace à l’aide de violents néons : une belle installation qui met en valeur l’architecture de l’endroit. Quant à Franz West, il nous plonge dans la peur avec son incommensurable sculpture Agoraphobie : un double nœud de Moebius qui nous étonne par son mystère et ses dimensions. Moins réussi, à l’Espace EDF, la spécialiste des vertiges technologiques Diana Thater réduit le visiteur à la taille d’un insecte et le plonge dans un environnement bleuté dominé par un papillon migrateur du Mexique projeté au mur et sur des écrans. À la Maison éclusière, Jean-Pierre Bertrand présente ses jeux
de dés contre un miroir, des monochromes, une projection à caractère exotiques, des chants d’oiseaux et des citrons…
Les valeurs sûres sont très présentes dans ce cru 2005 : de Franz West à Jean-Pierre Bertrand… jusqu’à Cindy Sherman, qui expose au Château d’Eau ses impressionnantes photographies où elle est travestie en clown. Aux Jacobins s’offrent des visions de guerre et d’horreur avec Sigmar Polke et Ger Van Elk. Les frères Chapman s’en mêlent avec leurs fabuleux dessins « goyesques » à l’encre et leurs sculptures prêtes à retourner les estomacs : des squelettes aux membres brisés rongés par des insectes. Bref, cette édition du Printemps de septembre propose des chocs esthétiques minimalistes et peu de découvertes.

« Vertiges », Printemps de septembre/Rendez-vous des images contemporaines

Jusqu’au 16 octobre 2005, divers lieux à Toulouse, www.printempsdeseptembre.com, nocturnes jusqu’à 1h30 les 23, 24, et 30 septembre et le 1er octobre.

Printemps de septembre

- Directeur artistique : Jean-Marc Bustamante - Commissaires : Pascal Pique et Jean-Pierre Criqui - Responsable de la programmation des Soirées nomades : Isabelle Gaudefroy - Conception des lumières dans la ville : Jean Lelièvre - Conception graphique : M/M (Paris) - Nombre d’artistes : 24 - Nombre de lieux d’exposition : 8 ( TLT Toulouse) - Budget du festival : environ 1,4 million d’euros, dont 42 % financés par le secteur privé.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°222 du 7 octobre 2005, avec le titre suivant : Une saison sans suspense

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque