Vendredi 6 décembre 2019

Un jour, un objet - Guillaume Bardet

Par Christian Simenc · L'ŒIL

Le 15 septembre 2011 - 435 mots

« Dessiner un objet par jour pendant une année. » Cette « idée folle », le designer Guillaume Bardet, 40 ans, l’a d’abord consignée dans un carnet. Puis, un jour, il s’est lancé.

C’était le 21 septembre 2009. La « performance » s’est prolongée jusqu’au 20 septembre 2010. Elle s’intitule : L’Usage des jours, 365 Objets en céramique. Le principe est simple : débuter la journée en couchant sur le papier l’esquisse d’un objet et ne la clore qu’une fois ledit dessin formalisé en image de synthèse, dimensions comprises. Trois cent soixante-cinq jours durant, Guillaume Bardet s’astreint donc à cet exercice ambitieux. Puis, fin 2010, il lance la fabrication de ces trois cent soixante-cinq pièces par dix potiers de la région de Dieulefit, dans la Drôme provençale, village dans lequel il habite. À regarder les pièces aujourd’hui réalisées, on ressentirait presque les humeurs qui ont présidé à l’élaboration de telle ou telle. Il y a les jours « avec » et les jours « sans ». On devine les tâtonnements, puis les incertitudes et les failles, mais aussi l’évidence ou la justesse. Du luminaire au centre de table, de l’urne funéraire au… godemiché, Bardet expérimente tous les registres, passe en revue tous les possibles : forme, couleur, fonction, échelle, texture. Souvent, les créations forment des séries. Ainsi en est-il de la série « Origami », née à partir d’un logiciel d’animation japonais que le designer a déniché sur Internet. Elle consiste en une famille d’objets à l’allure cubiste, façonnés tels des papiers pliés.  Les pièces de Guillaume Bardet suggèrent le temps qui passe. Du premier jour au dernier jour se succèdent les quatre saisons. En automne, alors que la nuit tombe tôt, le designer dessine des lampes. Et au printemps, lorsque le jour se lève à l’aube, il esquisse, euphorique, des cabanes à oiseaux, colorées à l’envi [ci-dessus]. Parfois sourdent une jubilation ou une attention portée à un détail. Parfois, au contraire, on lit l’usure des jours et la fatigue qui s’accumule, voire la panne d’inspiration. Il n’empêche, le plus passionnant, dans cette aventure au long cours, est d’avoir le sentiment de se glisser, un tant soit peu, au cœur même du processus de création.

A savoir
Le projet L’Usage des jours, 365 Objets en céramique a décroché, cette année, le prix Dialogue du douzième prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main.

A voir
Une exposition itinérante débutera le 24 janvier 2012 à la Cité de la céramique, 2, place de la Manufacture, Sèvres (92).

A consulter
Le site dédié au projet (365.metaproject.net) et le catalogue de l’exposition avec des photos de P.-O. Deschamps.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°639 du 1 octobre 2011, avec le titre suivant : Un jour, un objet - Guillaume Bardet

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque