Christian de Portzamparc

Sur un plateau

Par Gilles de Bure · Le Journal des Arts

Le 3 février 2006

Aucune fausse note, aucune dissonance, beaucoup (journalistes, critiques, analystes, confrères architectes, musiciens) s’accordent à le dire : « Il s’agit de son chef-d’œuvre ! » Le chef-d’œuvre en question, c’est la tout juste inaugurée Philharmonie du Luxembourg.

Christian de Portzamparc, qui n’en est ni à son coup d’essai ni à son point d’orgue en matière d’architecture musicale, n’est pas loin d’en penser la même chose. L’École de danse de l’Opéra de Paris (1983-1987), l’Opéra de la Bastille (concours perdu en 1983), la Cité de la Musique de la Villette (1984-1995), la Cidade da Música en cours de réalisation à Rio de Janeiro, ou l’étude actuellement menée pour le New York City Opera sont là, entre autres, pour en témoigner. « J’aime concevoir des formes architecturales pour la musique, confie l’architecte. L’écoute et le regard, deux royaumes de la perception, y dialoguent et se répondent librement. C’est une grâce de l’espace. L’émotion musicale, c’est la découverte et l’entrée progressive dans un monde autre qui se déploie dans la durée. Et l’espace, pour moi, est aussi un phénomène qui s’appréhende dans la durée, dans le mouvement, avec ses attentes, ses surprises, ses enchaînements. Quand le son et la lumière viennent emplir ce vide merveilleux qui s’ouvre entre les pleins des formes construites, alors l’espace et la musique se révèlent mutuellement. »

Ensemble flamboyant
Sur le plateau du Kirchberg, situé à mi-chemin entre l’aéroport et la vieille ville de Luxembourg et que se partagent des sièges sociaux, des institutions européennes et des équipements culturels, Portzamparc s’affrontait à un vaste espace indistinct urbanisé par Ricardo Bofill, et à nombre de ses confrères ; parmi ceux-ci, Richard Meier, I. M Pei (auteur d’un musée massif), Dominique Perrault (dont la Cour européenne de justice promet d’être un merveilleux et contemporain « Camp du Drap d’or ») et Claude Vasconi.

Lauréat en 1997 du concours portant sur la Philharmonie – et qui l’opposait, notamment, à Mario Botta, Zaha Hadid et Jean Nouvel –, Portzamparc aura donc eu huit ans pour peaufiner sa proposition. Le résultat est un ensemble flamboyant, dont on ne sait s’il relève du classicisme ou du baroque, et qui inclut trois parties : la grande salle philharmonique de 1 500 places, la salle de musique de chambre de 300 places et l’espace découverte de 120 places. Soit un ovale légèrement perverti, cerclé d’une forêt de piles, qui composent comme un filtre, comme un « pénétrable », comme la traversée du miroir.

Passé le filtre, s’enchaîne alors la galerie foyer, dont les plis forment une seconde façade, telle une falaise rythmée de grandes failles verticales aux colorations changeantes, tandis que rampes, ponts et escaliers semblent s’enrouler tout alentour ; puis le grand auditorium, vaste salle aux parois habitées et scandées de telle sorte qu’elles semblent articulées par des tours autonomes, et avec, là encore, des jeux de lumières, de couleurs et de diffraction saisissants.

Mouvement sans fin
La salle de musique de chambre constitue sans doute l’apothéose de l’ensemble. La bande de
Möbius, à laquelle Portzamparc est particulièrement attaché, en raison de ses qualités acoustiques et en tant que surface courbe non focalisante, est employée et développée de façon magistrale. Comme une feuille torsadée qui se déploie, se tord, se couche, se redresse, et qui, dans un mouvement sans fin, vient à la rencontre de la grande ellipse en un seul et même élan.

Présomption de chef-d’œuvre, l’écho est unanime. L’année 2006 s’annonce faste pour le plus célébré de nos architectes : Équerre d’argent en 1988 et en 1995 ; Grand prix national d’architecture en 1993 ;
Grand Prix de l’urbanisme en 2004 ; seul lauréat français (en 1994) du Pritzker Architecture Prize, le « Nobel » de la profession ; commandeur des Arts et des Lettres…. Christian de Portzamparc inaugure la toute nouvelle chaire de « Création artistique » au Collège de France, tandis que s’ouvriront, en mars, les Champs Libres, un musée-bibliothèque-centre d’expositions scientifiques, à Rennes, et le Block 1, un ensemble de logements et de commerces édifiés sur des polders, à Almere, aux Pays-Bas.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°230 du 3 février 2006, avec le titre suivant : Sur un plateau

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque