Sarajevo, un inventaire des destructions

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 15 juin 2010

En pleine guerre, l’association des architectes de Bosnie Herzégovine et de Sarajevo a tenu à dresser un inventaire des destructions.

Elle est parvenue à rassembler des photographies montrant les monuments pilonnés, les équipements publics bombardés, la bibliothèque incendiée, à rédiger une revue, puis à organiser une exposition accompagnée d’un catalogue. Le but est de témoigner du délabrement pour rassembler des concours financiers afin de reconstruire certains édifices. Le 14 mars dernier, cinq architectes de l’association pouvaient quitter Sarajevo pour faire circuler cette exposition à travers le monde. Après Bordeaux (Arc en Rêve), "Sarajevo, une ville blessée" est présentée au Centre Pompidou jusqu’au 15 mai. Quatre-vingt-dix photographies, prises par Milomir Kovacavic Strasni, sont réunies, ainsi qu’un film vidéo tourné en mars 1994 et un diaporama. Celui-ci est une démonstration flagrante du massacre architectural, avec des vues de la ville d’avant guerre (1984-1985) et d’autres prises juste avant le départ des architectes. L’association "Patrimoine Sans Frontières" (13, boulevard de Rochechouard 75009 Paris, tél : 42 80 61 67) rassemble les soutiens et les propositions d’action.

Par ailleurs, une centaine d’artistes contemporains – de Gilles Aillaud à Hughes Weiss, en passant par Bazaine, Jaccard, Rancillac, Viallat… – ont accepté de donner chacun une œuvre au musée de Sarajevo. Placée sous le haut patronage de l’Unesco, l’opération baptisée "Des images pour la paix : un tableau, un symbole" aboutira tout d’abord à une exposition en octobre à Paris, à l’établissement public de la Villette.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°3 du 1 mai 1994, avec le titre suivant : Sarajevo, un inventaire des destructions

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque