Dimanche 17 novembre 2019

Prospective

Pour une ville participative

Par Christian Simenc · Le Journal des Arts

Le 13 novembre 2013 - 773 mots

À quoi ressemblera la cité du futur ?, telle est la question que s’est posée un think tank d’un genre inédit associant la firme automobile allemande BMW et le Guggenheim Museum de New York.

NEW YORK - Quelle ville pour demain ? Nombre d’architectes, urbanistes ou sociologues planchent quotidiennement sur cette question pour le moins complexe. Depuis quelques années, aussi étonnant que cela puisse paraître, certains constructeurs automobiles apportent leur écot à la réflexion. Ainsi de la firme allemande Audi, qui, en 2010 et 2012, avec les Audi urban future awards, fit plancher des architectes sur le thème de la mobilité . Cette fois, c’est sa compatriote et néanmoins concurrente BMW qui s’est associée au célèbre Guggenheim Museum de New York pour créer le « BMW-Guggenheim Lab », sorte de think tank urbain géant. Objectif : faire émerger de nouvelles idées pour vivre dans la ville.

À l’origine, lors du lancement du projet, l’exercice s’annonçait d’ampleur et de longue haleine : six ans de travail et neuf métropoles visitées. Mais, pour une raison que les responsables, aussi bien du côté du Guggenheim que de BMW, se sont refusés d’évoquer, l’objectif a été sérieusement revu à la baisse et seulement trois villes ont accueilli ces rencontres : New York (août-octobre 2011), Berlin (juin-juillet 2012) et Mumbai (Inde, fin 2012-début 2013). Un architecte, la réputée agence nippone Atelier Bow-Wow, a imaginé le pavillon destiné à abriter les ateliers, débats et projections qui mêlaient experts invités en art, design, architecture, science, technologie et éducation, mais aussi non-experts, les « acteurs » de la ville, en l’occurrence les habitants.

Quelques tendances
Or, même réduite à un tiers, cette quête à l’échelle de la planète de notre devenir urbanistique a porté ses fruits. En témoigne cette présentation baptisée « Participatory City : 100 Urban Trends » [« Ville participative : 100 tendances urbaines »], déployée au Guggenheim de New York. « Après recoupements entre les trois villes et une sélection drastique, nous avons répertorié les cent idées les plus représentatives », explique Maria Nicanor, conservatrice associée en architecture et en urbanisme au musée new-yorkais et à la tête du BMW-Guggenheim Lab.
L’exposition laisse pourtant sur sa faim, se contentant pour l’essentiel de retranscrire les interventions et débats de ce think tank planétaire sous la forme de vidéos et de diagrammes. En clair : un « matériau » qui pourrait amplement trouver sa place sur… un site « on-line ». Reste que cette centaine d’idées ouvre un formidable champ de réflexion.

Reine du skyline décoiffant, New York rêve étonnamment, selon les documents communiqués au public, d’une « Architecture non-iconique », « en réaction à la mode des “starchitectes” de la fin du XXe siècle et à la prolifération de ces architectures iconiques relatives à la globalisation, au consumérisme et au statut de célébrité des maîtres d’œuvres », et dénonce la propagation d’un « Design d’obstacles », « ces mobiliers urbains qui limitent ou contrôlent l’accès individuel à l’espace public, tels ces bancs conçus avec une multitude d’accoudoirs afin que les sans-abris ne puissent dormir dessus : nos villes sont pleines de services pensés pour disperser et diviser les individus selon leur race, leur classe ou leur âge ».

À juste titre, Berlin milite contre une « Disneyfication » des villes (« Ce processus de transformation urbaine qui augmente l’homogénéité et une réalité simulée plutôt qu’elle ne préserve des éléments historiques et la différence culturelle »). Elle plaide en faveur de la « Voiture électrique » (« Qui pourrait faire changer l’espace urbain de manière spectaculaire avec le besoin de créer des lieux de stationnement et de rechargement pour ces véhicules d’un nouveau type »). Avec « 10 000 Coups de klaxon », Mumbai, elle, s’attaque à « ce qui, à l’origine, avait été conçu comme un système de sécurité, mais qui est désormais devenu l’un des plus importants facteurs de pollution sonore ». Et fustige les « Pet Slum », « ces bidonvilles popularisés par le cinéma et devenus des attractions touristiques, si bien qu’ils focalisent l’attention des autorités au détriment d’autres qui sont tout autant dans le besoin ».

Ces trois villes conviennent en tout cas de concert, et c’est une (bonne) surprise, de la nécessité d’une « Laideur urbaine », au lieu d’une quête incessante de perfection : « La valeur du laid dans le discours sur le développement urbain et le besoin d’une complexité dans les villes afin qu’elles soient plus fonctionnelles. » Si la laideur a de beaux jours devant elle, que faire, alors que ce projet s’est arrêté, pour que ce glossaire de belles idées ne soit pas qu’un coup d’épée dans l’eau ?

PARTICIPATORY CITY : 100 URBAN TRENDS,

jusqu’au 5 janvier 2014, au Guggenheim Museum, 1071 5th Avenue, New York, www.guggenheim.org, tlj sauf le jeudi 10h-17h45, le samedi jusqu’à 19h45.
Commissaire de l’exposition : Maria Nicanor, conservatrice associée en architecture et urbanisme au Guggenheim Museum de New York et responsable du « BMW-Guggenheim Lab ».

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°401 du 15 novembre 2013, avec le titre suivant : Pour une ville participative

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque