Jeudi 13 décembre 2018

Peinture dopaminée

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 18 novembre 2016 - 312 mots

Bruxelles - Guillaume Bottazzi en est persuadé : ses peintures contribuent à diminuer l’anxiété de ceux qui les regardent.

Désireux de fonder scientifiquement cette assertion, l’artiste cite à titre de preuve un texte signé de deux psychologues de l’université de Vienne soulignant que « les formes arrondies [caractéristiques de son travail] suscitent des sentiments agréables » et que ce dernier peut donc susciter « des doses visuelles de plaisirs sensoriels ». Il faudrait dans quelques mois aller interroger les passants de la place Jourdan, à Bruxelles, pour savoir s’ils ressentent les effets de cette dopamine artistique. Dans le cadre d’un programme de rénovation urbaine, la commune d’Etterbeek a en effet passé commande à l’artiste français d’une œuvre pérenne de 16 x 7 m. L’objectif est de valoriser la place, dont même les terrasses reprendront les couleurs déclinées par le nuancier de l’immense composition murale, dans des tons d’orangés lumineux. Rompu aux interventions dans l’espace public – une quarantaine à son actif dans le monde –, Guillaume Bottazzi ne se contente pas d’arrondir les angles des bâtiments qu’il recouvre ; ses réalisations font appel à une technique de glacis transposée à grande échelle, pour obtenir des effets de transparences, jeux d’ombres et de lumières dans lesquels le regard se perd. Se définissant davantage comme un peintre performeur que comme un street artiste, il exécute seul, perché sur un échafaudage, ses œuvres qui invitent chacun à s’approprier son environnement. Peu connu dans l’Hexagone – il y a cependant signé en 2015 six panneaux à La Défense –, Guillaume Bottazzi a davantage de succès au Japon : en 2011, le Miyanomori International Museum of Art (MIMAS) de l’île de Sapporo lui a ainsi donné carte blanche pour habiller ses 900 m2 de façade. La Belgique, où il a installé un atelier voilà quatre ans, semble également prête à lui faire une place dans le paysage.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°696 du 1 décembre 2016, avec le titre suivant : Peinture dopaminée

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque