Lundi 20 septembre 2021

Fondation

Luma Arles

Mustapha Bouhayati : « Luma Arles est un lieu conçu pour produire toutes sortes d’activités culturelles »

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 28 juin 2021 - 596 mots

ARLES

Mustapha Bouhayati est directeur de Luma Arles depuis novembre 2013. Il a été auparavant successivement responsable des relations extérieures au Centre Pompidou, responsable de projets spéciaux à la Galerie Kamel Mennour et directeur Europe de Brunswick Arts Consulting LLP.

En 2013, Maja Hoffmann a créé Luma Arles. En quoi consiste le projet ?

Luma Arles est un lieu interdisciplinaire, conçu pour la recherche mais surtout pour produire toutes sortes d’activités culturelles (expositions, forums, concerts et rencontres) en lien avec des sujets d’aujourd’hui, quels qu’ils soient. Durant toutes ces années, nous avons ainsi développé un programme concernant aussi bien la création contemporaine, le design, l’architecture, le territoire où l’on est implanté que des questions environnementales, d’éducation ou de droits humains.

Qu’est-ce qui différencie Luma Arles de la Fondation Luma ?

La Fondation Luma a été créée en 2004, en Suisse, par Maja Hoffmann pour concentrer les différentes activités artistiques, environnementales ou liées aux droits de l’homme dans lesquelles elle est engagée en France, en Suisse ou ailleurs dans le monde. Luma Arles est un des projets portés par la fondation. Ce n’est pas une fondation, mais un fonds de dotation.

La tour Luma de Frank Gehry, inaugurée le 26 juin 2021, est-elle la pièce maîtresse du projet ?

Pas vraiment. C’est un des éléments d’un ensemble plus vaste qui se développe dans une ancienne friche ferroviaire où nous nous sommes implantés en 2013. Pendant toutes ces années, nous avons rénové les bâtiments existants sans jamais fermer le site. Au contraire, dans ses différents espaces, nous avons programmé, produit des expositions, accueilli du public et des événements tels que les Rencontres d’Arles de la photographie. La tour Luma vient en complément de ces différents lieux rénovés et désormais englobés dans un parc conçu par l’architecte paysager Bas Smets. À l’intérieur de la tour se répartissent des espaces d’exposition, des lieux réservés aux archives, des salles de recherche et de production pouvant fonctionner indépendamment ou en combinaison les uns avec les autres. La tour est un outil qui permet d’accompagner la production, l’interdisciplinarité et de construire des typologies et des formats d’événements différents.

Quelle est la programmation de cet été ?

En accès libre tout l’été, la programmation reflète les engagements de Maja Hoffmann, les sujets qui l’intéressent et qui sont à l’intersection de l’environnement, de l’art, de la création et des droits de l’homme. Dans la tour, les commandes passées notamment à Philippe Parreno, Olafur Eliasson ou Helen Marten forment des installations pérennes. Pour son inauguration, Maja Hoffmann a souhaité présenter également des œuvres de la collection de la Fondation Emanuel Hoffmann [fondation initiée à Bâle par Maja Hoffmann-Stehlin, la grand-mère de Maja Hoffmann qui en est la vice-présidente, NDLR], manière pour elle d’exprimer la continuité et la proximité avec des artistes de son époque.

Qu’est-ce qui caractérise la collection de Maja Hoffmann ?

De n’être justement pas née comme une collection. Elle ne l’est devenue qu’au fur et à mesure des créations produites ou coproduites. Les acquisitions sont à la marge.

Pierre Huyghe


L’artiste français a conçu pour la grande halle du Parc des ateliers un ensemble d’écosystèmes immersifs en mutation permanente, vaste installation dans la lignée d’UUmwelt, présentée à la Serpentine Gallery en 2019 à Londres.


664

C’est le nombre d’arbres plantés pour le jardin de trois hectares et demi, conçu par l’architecte paysagiste belge Bas Smets.


« Nous voulions évoquer l’ancrage local de La Nuit étoilée de Van Gogh à l’émergence des blocs rocheux des Alpilles. La rotonde (le drum), quant à elle, fait écho aux arènes romaines. » Frank Gehry à propos de la tour Luma, France Info, 16 mars 2021.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°745 du 1 juillet 2021, avec le titre suivant : Luma Arles : Mustapha Bouhayati : « Luma Arles est un lieu conçu pour produire toutes sortes d’activités culturelles »

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque