Vendredi 23 octobre 2020

Distinction

L’œuvre de William Klein honorée au Sony World Photography Award 2012

Par Chloé Da Fonseca · lejournaldesarts.fr

Le 29 mars 2012 - 379 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [29.03.12] – L’événement Sony World Photography Award (5e édition) rend cette année hommage à l’ensemble de l’œuvre de l’Américain William Klein. L’artiste recevra un prix pour sa « contribution exceptionnelle » à la photographie. 

En parallèle du Sony World Photography Award, qui récompense des photographes amateurs et professionnels internationaux, William Klein recevra un prix pour sa « contribution exceptionnelle » à la photographie (« Outstanding Contribution to Photography Award », précédemment appelé « Lifetime Achievement Award »). Ce prix honore les « figures de proue de la communauté internationale de photographie » et a déjà été attribué à Bruce Davison, Eve Arnold, Marc Riboud et Phil Stern. La Somerset House de Londres organise une exposition dédiée à William Klein dans le cadre du Sony World Photography Award du 27 avril au 20 mai.

Né en 1928 à New York, William Klein arrive à Paris à 20 ans pour devenir peintre et intègre les ateliers d’André Lhote puis de Fernand Léger. Au milieu des années 1950, après s’être tourné vers la photographie, il travaille pour le magazine Vogue. Il réalise ensuite des livres photographiques sur son travail dans les grandes villes, New York, Moscou, Rome, Tokyo et Paris. Il a été récompensé dès 1957 par le prix Nadar, puis en 1990 par le prix Hasselblad. En 1999, il reçoit la Médaille du siècle de la Royal Photographic Society à Londres.

À 83 ans, William Klein est considéré comme « l’une des véritables forces des XXe et XXIe siècles. Le travail de William a balayé tout un sentier de l’innovation et a eu une influence majeure sur de nombreux artistes » tels qu’Helmut Newton et David Bailey, estime Marcus Bury, de la galerie HackelBury. Innovant, car William Klein et Robert Franck, ont initié une véritable révolution photographique rompant avec la tradition hégémonique de Robert Doisneau et Henri Cartier-Bresson : « J’essayais consciemment de faire l’opposé de ce que faisait Cartier-Bresson. Il photographiait sans intervenir. Il était l’appareil photo invisible. Je voulais être visible le plus possible ».

Ce prix, c’est la « reconnaissance de l’ensemble de son travail, d’une incroyable diversité, profondeur et individualité » conclut Simon Backer, conservateur à la Tate Modern où est organisée pour octobre une exposition de l’œuvre new-yorkaise de William Klein, comparée à celle de Daido Moriyama à Tokyo. La galerie londonienne HackelBury rend également hommage au photographe dans une exposition monographique à partir de septembre.

Légende photo :

William Klein - 2011 - © Photo : Baptiste Lignel pour L'oeil

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque