Samedi 16 novembre 2019

L’île Seguin, même sans Pinault

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 8 juillet 2005 - 200 mots

PARIS - En réponse à la déferlante médiatique qui a jeté l’opprobre sur les lenteurs du projet urbain mené sur les anciens terrains Renault, cette petite exposition – qui présente également les projets de l’île de Nantes – entend au contraire démontrer que le programme avance de manière très concrète.

« L’équipe de maîtrise d’œuvre est en train de se constituer et les travaux entreront très prochainement dans leur phase de réalisation », confirme Jean-Louis Subileau, le directeur de la société d’aménagement et d’économie mixte Val-de-Seine chargée de l’opération. L’approbation du plan de référence en 2002 puis la création d’une ZAC (zone d’aménagement concerté) en 2003 ont en effet permis l’organisation de plusieurs concours : pour la « façade-enveloppe » de l’île mais aussi pour l’attribution de lots au secteur privé. Un comité d’experts, auquel est désormais associé le conseil général des Hauts-de-Seine, devra toutefois se charger de définir la nouvelle programmation pour la pointe du site. « Cela prendra au moins six mois, le temps de trouver un maître d’ouvrage solide ».

« D’île en île. Île de Nantes. Île Seguin-Rives de Seine, deux stratégies de reconquête urbaine », Cité de l’architecture et du patrimoine, Palais de la porte Dorée, 293, av. Daumesnil, 75012 Paris, tél. 01 58 51 52 00. Jusqu’au 11 septembre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°219 du 8 juillet 2005, avec le titre suivant : L’île Seguin, même sans Pinault

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque