Samedi 14 décembre 2019

Photographie

L’état du monde

Le Journal des Arts

Le 3 octobre 2011 - 636 mots

Photoquai 2011 met en avant 46 talents méconnus, venus de 29 pays. Autant de regards sur leurs sociétés pour une 3e biennale convaincante.

PARIS - « Je n’ai voulu ni thème ni genre photographique particulier pour mieux restituer "le bruit du monde" », annonce la photographe et réalisatrice Françoise Huguier, directrice artistique de la 3e biennale des images du monde Photoquai, à Paris. Moins d’artistes, plus de pensée et un budget réduit par le Musée du quai Branly à moins d’un million d’euros produisent une édition convaincante. Cette année, quinze têtes chercheuses révèlent 46 talents méconnus venus de 29 pays excluant l’Europe. Entre photojournalisme et anthropologie, journal intime et documentaire, le parcours zigzague du monde des esprits de la culture Hmong au Laos (Ka Xiong) à la censure du cinéma homosexuel en Malaisie (Khee Teik Pang), du déclin de la culture maritime à Bahreïn (Camille Zakharia) à l’extinction de la faune aborigène en Australie (Marian Drew).

Déployé le long des berges de la Seine, dans les jardins du Musée du quai Branly et pour la première fois à la tour Eiffel comme dans des institutions partenaires (Petit Palais, Maison européenne de la photographie, Maison de l’Amérique latine) et cinq galeries parisiennes, ce kaléidoscope reflète un état du monde autant qu’un état du médium photographique à la tonalité sombre. 

« Regards sur les sociétés sans nombrilisme » 
Biennale de découvertes, Photoquai 2011 se focalise sur l’Asie du Sud-Est, Cuba et l’Afrique de l’Est. « Les artistes y regardent leur société sans nombrilisme », se réjouit Françoise Huguier, « œil » du quotidien Libération et fondatrice de la Biennale africaine de la photographie de Bamako (Mali) en 1994. Prenant le contre-pied du safari touristique en Tanzanie, la série My Ants de Sameer Kermalli détonne par sa vision, en optique macro, du ballet minimal de fourmis s’abreuvant à une goutte de sirop. Ce jeu sur la profondeur de champ propre à l’argentique renvoie aux limites actuelles de la technologie numérique envahissante. L’Asie du Sud-Est, une scène critique peu vue en France, surprend par sa diversité : les somnambules masqués de la série Survivors, mis en scène par le Singapourien Charles Lim, stigmatisent le conformisme social, tandis que le pouvoir de l’uniforme en Indonésie est démystifié par Jim Allen Abel se servant du dérisoire. Le politique est déguisé dans l’image icône du voile islamique subverti par la mode occidentale vue par le Marocain Hassan Hajjaj, comme dans les portraits de la communauté gay cubaine d’Alejandro González. Sous le titre Conducta impropria (Conduite inappropriée), citant un documentaire qui fut censuré sur l’internement d’homosexuels à Cuba dans les années 1970, cette série célèbre l’autorisation de la Gay Pride en 2008, soutenue par Mariela Castro, fille du chef d’État Raul Castro. « Cette preuve que la société cubaine s’ouvre à la différence prime sur le thème de l’homosexualité », affirme l’artiste. Aux antipodes, Maitree Siriboon théâtralise, dans un style pompier, le cliché du tourisme sexuel gay en Thaïlande. Au fil de Photoquai se succèdent des narrations en séquences, des éclairages cinématographiques travaillés. Dérangeante, la douleur esthétisée d’orphelins russes, mis en scène par le photographe de plateau Sergey Loier, renvoie au film Le Miroir d’Andreï Tarkovsky (1975) comme à une photo de mode poétique.  Une version hors les murs prévue en 2012 Toute une jeune scène « d’ail-leurs » se prolonge également en galeries (Baudoin Lebon, Polka, Paris-Beijing, In Camera et Clémentine de la Féronnière). Dès 2012, Photoquai hors les murs – une première – s’exportera à Johannesburg (Afrique de Sud), puis à Québec. Élargi au monde entier, le thème, faussement sucré, du roman-photo qu’expose Shailabh Rawat (Inde) pourrait bien donner sa saveur à Photoquai 2013.

PHOTOQUAI

Jusqu’au 11 novembre, quai Branly, jardin du Musée du quai Branly, 75007 Paris, divers autres lieux, www.photoquai.fr.
Catalogue, coéd. Quai Branly et Actes Sud, 264 p., 30 €, ISBN 978-2-3300-0003-5

PHOTOQUAI

Direction artistique : Françoise Huguier, photographe et réalisatrice
Commissariat : Christine Barthe (Chili), Christian Caujolle (Brésil, Cambodge, Cuba), Olivier Culmann (Inde) Christine Eyene (Afrique), Céline Martin-Raget (Océanie), Mouna Mekouar (Maghreb, Moyen-Orient), Sylvie Rebbot (Asie), Anna Shpakova (Russie, Biélorussie)
Nombre d’artistes : 46 (29 pays)
Nombre de photos : plus de 400

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°354 du 7 octobre 2011, avec le titre suivant : L’état du monde

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque