Mardi 11 décembre 2018

Architecture

Les jeux du stade

Scau à Casablanca

Par Gilles de Bure · Le Journal des Arts

Le 27 avril 2010 - 462 mots

À son grand dam, le Maroc ne participera pas à la Coupe du monde de football 2010 en Afrique du Sud.

Pourtant, le football n’est pas mince affaire au Maroc : quatre participations à la Coupe du monde et treize à la Coupe d’Afrique des nations, ces dernières assorties d’une victoire face à la Guinée en 1976 et d’une place de finaliste face à la Tunisie en 2004. Bref, en la matière, les « Lions de l’Atlas » sont à la pointe du combat.

Deux clubs dominent le championnat marocain, tous deux basés à Casablanca : le Wydad, le club des quartiers aisés, onze fois champion national, et le Raja, le club des quartiers populaires, ancré à Sidi Moumen, neuf fois champion national.

Étrange quartier que Sidi Moumen, sorte de semi-bidonville installé à la périphérie de Casablanca et d’où sont partis les kamikazes ayant perpétré l’attentat qui fit quarante-cinq morts, parmi lesquels douze kamikazes, le 16 mai 2003. Quatre ans plus tard, le 11 mai 2007, nouvel attentat à Sidi Moumen, dans un petit cybercafé, qui fit un mort et quatre blessés…

Le décor est planté : quartier perdu, quartier en déshérence, quartier à haut risque. Les autorités marocaines ont donc décidé de le faire entrer en modernité urbanistique et, si possible, économique. Coup d’envoi, un grand stade de football de 80 000 places, posé sur un terrain de 100 hectares, sera le point de ralliement et de résidence du Wydad et du Raja.

Une rose des sables
Un concours est organisé ; il est remporté, le 17 mars 2010, par l’équipe française SCAU (Maxime Barbier, Bernard Cabannes, Luc Delamain, François Gillard, Michel Macary, Xavier Menu et Aymeric Zublena), associée au cabinet marocain Archi Design. SCAU, ou une agence à laquelle on doit, entre autres, le Stade de France à Saint-Denis (1998), les stades de Suwan en Corée du Sud et le stade Atatürk à Istanbul (les deux en 2002), et qui vient de remporter le concours portant sur le stade du Havre… Autant dire des spécialistes. Vu de loin, le stade de Sidi Moumen, très minéral, ancré en contrebas dans une ancienne carrière, ressemble à une gigantesque rose des sables jaillie du désert, faite de lames de béton ajouré évoquant le moucharabieh. Le stade proprement dit sera classiquement rectangulaire, avec des gradins très proches du terrain.

C’est dans l’entre-deux qui sépare l’enceinte du stade que se jouent la performance et l’identité de ce nouvel équipement. Soit une succession de jardins luxuriants, sorte d’oasis intérieure, espace de détente, de promenade et d’activités diverses, tout autant que « tampon thermique ». En effet, les brises marines qui caressent en permanence le plus grand port marocain viendront rafraîchir le bâtiment et, imaginons-le, l’humeur des supporteurs, surtout lors des derbys qui opposeront le Wydad au Raja.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°324 du 30 avril 2010, avec le titre suivant : Les jeux du stade

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque