Vendredi 19 octobre 2018

Pillage

Le secret de la Grande Pyramide

Par Olivier Michelon · Le Journal des Arts

Le 9 janvier 2004 - 208 mots

 Paris - Découpé, agrandi et décomposé, le texte confié par l’écrivain Manuel Joseph à Thomas Hirschhorn est explosé aux quatre coins de la galerie Chantal Crousel. Il a en effet servi de charpente à l’artiste pour construire son Chalet Lost History, une installation impressionnante qui enveloppe l’espace, du plafond  des premières salles d’exposition au sous-sol. La construction a toutefois peu à voir avec l’image traditionnelle et rassurante du chalet. Elle est davantage un lieu d’aventure et de confusion. Agissant comme un pilleur, l’artiste a utilisé le texte de Joseph à ses propres fins. Il le donne à lire dans un vaste copier/coller en trois dimensions aux allures de tombeau égyptien. Les sculptures réalisées pour l’occasion, sarcophages pornographiques, pyramide de cannettes de bière, bibelots ou narguilés bricolés sont des signes d’une Antiquité intemporelle mais ressuscitée à l’aide du bricolage culturel et matériel du XXIe siècle. Qu’il se réfère aux récentes scènes de mise à sac du musée de Bagdad ou au pillage comme mode d’échange et d’action, le Chalet Lost History est donc endroit où s’égarer pour tenter de recoudre les histoires, en voler et bien sûr en perdre.

Thomas Hirschhorn, Chalet Lost History

Galerie Chantal Crousel, 40 rue Quincampoix, 75004 Paris, tél. 01 42 77 38 87. Jusqu’au 21 février.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°184 du 9 janvier 2004, avec le titre suivant : Le secret de la Grande Pyramide

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque