Samedi 23 novembre 2019

L’art au temps du cacheton

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 26 mai 2006 - 169 mots

PARIS - Le Palais de Tokyo, à Paris, nous promettait un « voyage sensoriel », une présentation de « la création artistique émergente »… « Ultra Peau » ressemble à une sensuelle exposition d’art contemporain, et pourtant c’est une énorme supercherie qui retourne le derme, une opération marketing des plus vulgaires.

L’exposition est en réalité une page de publicité Nivea à l’échelle d’un lieu aussi prestigieux et créatif. Les artistes ont été gommés pour ne plus rendre visible que le produit, à savoir des cosmétiques qui veulent se refaire une beauté. Jusqu’où devront aller les artistes et les lieux d’art pour survivre ? Où s’arrête le parrainage et où commence la compromission ? Nul n’est à l’abri du cacheton, pas même le Palais de Tokyo. « Ultra Peau » projette le visiteur dans un autre monde, celui où le marketing a réellement pris le pouvoir sur l’art.

« Ultra Peau », Palais de Tokyo, 13, avenue du Président-Wilson, 75116 Paris, tél. 01 47 23 54 01. Jusqu’au 21 juin.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°238 du 26 mai 2006, avec le titre suivant : L’art au temps du cacheton

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque