Numérique

Intelligence artificielle ou main de l’homme ? Difficile de trancher

Par Charles Roumégou · lejournaldesarts.fr

Le 26 février 2021 - 326 mots

Une étude montre la difficulté pour le grand public de distinguer une œuvre créée par IA d’une œuvre créée par un humain.

Portrait d’Edmond de Belamy
Portrait d’Edmond de Belamy, 2018, impression sur toile. Créée par un système GAN (generative adversarial networks).
© Obvious

Une étude menée par l’Université du Colorado conclut qu’une majorité d’individus est incapable de faire la différence entre une œuvre d’art générée par intelligence artificielle d’une œuvre d’art créée par un homme.

211 personnes ont ainsi invitées à identifier, dans un sondage en ligne, parmi cinq paysages impressionnistes et une abstraction géométrique, les productions générées par intelligence artificielle de celles réalisées par la main de l’homme.

« Alors que les études menées antérieurement se sont concentrées sur la question de savoir si les experts pouvaient distinguer l’art par la machine de l’art humain, notre étude s’est concentrée sur les observateurs de tous les jours », explique la chercheuse Harsha Gangadharbatla à Artnet News.

Les résultats, qui ont été publiés dans la revue Empirical Studies in the Artsmontrent qu’une majorité de répondants (52 %) n’a pas su attribuer correctement plus d’une œuvre de paysage impressionniste sur cinq à l’intelligence artificielle. 75 % des personnes interrogées se sont trompées sur les quatre autres, et ont donc attribué à tort à l’homme une œuvre d’art produite par l’intelligence artificielle ou inversement. Enfin, lorsque les volontaires ont correctement attribué une œuvre d’art à l’intelligence artificielle, il s’agissait de l’œuvre abstraite ce qui indique de leur part une tendance à assimiler l’art figuratif aux humains et l’abstrait aux machines.

Le professeur Gangadharbatla a également constaté que les connaissances des personnes interrogées en matière d'attribution - savoir si un humain ou une intelligence artificielle a créé l’œuvre d’art - avaient une influence sur leur évaluation et leur réception de celle-ci.   

Cette étude trouve son origine dans la vente aux enchères d’une toile, intitulée Portrait du comte Edmond de Belamy, laquelle avait été générée par une intelligence artificielle développée par le collectif Obvious. L’œuvre d’art avait été adjugée à 432 500 dollars (353 500 euros) chez Christie’s à New York, le 25 octobre 2018.
 

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque