Mercredi 19 décembre 2018

Art contemporain

Installations marionnettiques

Par Céline Garcia-Carré · L'ŒIL

Le 21 novembre 2018 - 297 mots

Le Mouffetard -  Un souffle nordique s’empare du théâtre des arts de la marionnette le temps d’un week-end, avec cette carte blanche confiée à la marionnettiste norvégienne, Yngvild Aspeli qui met en espace et en forme une dizaine de poèmes scandinaves à travers une série d’installations ponctuée d’un concert visuel.

L’émotion suscitée par ces courtes formes littéraires prend ainsi de nouvelles dimensions grâce au travail conjugué de la plasticienne et marionnettiste Polina Borisova, du vidéaste David Lejard-Ruffet et de la musicienne et performeuse Ane Marthe Sørlien-Holen. Six alcôves en papier, tissu et autres matières délicates composent de petits univers intimistes qui recèlent peintures, dessins et projections vidéo transposant, réinterprétant la puissance poétique des mots en un langage visuel saisissant. Ces « installations marionnettiques », comme les appelle Yngvild Aspeli, sont les condensations plastiques qu’expriment les poèmes et révèlent la puissance narrative des objets et des matériaux, fil conducteur de son travail de marionnettiste. Le choix de chaque texture, élément graphique et lumière est au service de l’histoire qui prend ainsi formes et contours en deux et trois dimensions. À l’issue de cette déambulation, la scène du Mouffetard accueille un dialogue hypnotique inédit entre musique nordique et encres psychédéliques vidéo-projetées inspirées du liquid light painting, technique mélangeant eaux, encres et huiles pigmentées sur des rétroprojecteurs dans les années 1960 et 1970. La paréidolie, phénomène optique cher aux arts de la marionnette, déploie sa magie. Des formes abstraites réalisées à l’encre sur une table à LED évoluent en direct, tel le reflet des émotions mouvantes provoquées par la poésie des mots, amplifiées par la musique. L’intense noirceur de l’encre de Chine qui ouvre le bal s’éclaircit peu à peu et se teinte de nuances colorées, semblables à l’opacité apparente de ces poèmes qui se laissent illuminer par le langage visuel d’Yngvild Aspeli.

Quoi ?
Carte blanche à Yngvild Aspeli
Où ?
Le Mouffetard - Théâtre des arts de la marionnette
Quand ?
Les 1er et 2 décembre 2018
Comment ?
73, rue Mouffetard, Paris-5e, lemouffetard.com

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°718 du 1 décembre 2018, avec le titre suivant : Installations marionnettiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque