Dimanche 18 février 2018

« The Great Buildings Collection »

Les 600 édifices les plus célèbres du patrimoine mondial sur disque interactif

Le Journal des Arts

Le 15 juin 2010

C’est la première encyclopédie interactive multimédias de l’architecture : elle présente presque 600 constructions, parmi les plus célèbres du monde, de l’Antiquité à nos jours.

NEW YORK - Le CD-Rom The Great Buildings Collection réunit les monuments les plus célèbres du patrimoine que l’on trouve dans les manuels d’architecture : le Parthénon, le Colisée, la basilique Sainte-Sophie, les temples d’Angkor Vat, la cathédrale de Chartres, l’Opéra de Paris, le Louvre, l’Institut du Monde arabe, le Palais de Cnossos, l’Arc de Constantin, la Villa d’Hadrien, le Pont du Gard, le Palais impérial de Kyoto, la basilique Saint-Marc, le château de Fontainebleau, le pont de Brooklyn, le Capitole de Washington, la Tour Eiffel…

Un matériel sophistiqué pour la lecture
Contrairement à une anthologie en plusieurs volumes, ce produit de la technique la plus avancée ne se lit pas sans un matériel quelque peu perfectionné : lecteur de CD-ROM branché à un ordinateur Macintosh, disposant d’une mémoire de huit mégaoctets et d’un coprocesseur mathématique (une version IBM est prévue). Moyennant cet outillage, l’utilisateur peut parcourir l’équivalent de plusieurs milliers de pages de texte et d’images. Chaque entrée comporte des photographies, des dessins, et des données textuelles : architecte, date, emplacement, climat, type de bâtiment, procédé de construction, résumé historique, sélection bibliographique. Souvent, on dispose également de séquences vidéo numérisées et de modèles tridimensionnels en dessin assisté par ordinateur, reconstituant parfois des édifices en ruines. L’utilisateur peut déplacer un "outil oculaire" à l’intérieur du modèle informatisé tandis que l’image se modifie pour restituer l’aspect à partir du nouveau point de vue.

Cette fonction de mise en perspective, ainsi qu’une autre qui indique les ombres selon les différentes heures du jour, sont extraordinaires mais d’un maniement très lent, même avec un ordinateur puissant. Pour avoir accès aux données choisies, l’utilisateur entre un ou plusieurs paramètres de recherche sur un écran-menu, en précisant l’architecte, les matériaux, le type de bâtiment, l’emplacement, les dates, les caractéristiques architecturales, etc. Une "palette d’images" permet de choisir l’écran suivant. Il est possible d’imprimer le texte, mais le barrage des droits photographiques interdit toute impression d’image. De ce fait, il sera difficile de mettre ce système en accès direct. Il n’est cependant guère douteux qu’un grand avenir s’ouvre à ce type de source. La possibilité de "visiter" les bâtiments montrés, la fonction ombres, les séquences vidéo mobiles, n’existent que dans les produits multimédias. Les professionnels ont la possibilité irremplaçable d’associer dans leur recherche la spécification d’un matériau et celle, par exemple, d’un type de bâtiment ou même d’un climat. Malgré ses 600 entrées, Great Buildings reste limité. Mais pour les étudiants, sinon pour les spécialistes, son utilité est évidente.

The Great Buildings Collection sur CD-ROM, constitué par Kevin Matthews, directeur du Design Integration Laboratory, University of Oregon, parution en juin 1994 chez Van Nostrand Reinhold. $299,95. Tél. : (212) 254 3232

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°3 du 1 mai 1994, avec le titre suivant : « The Great Buildings Collection »

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque