Mardi 17 septembre 2019

Explorations faussement ordinaires

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 15 janvier 2014 - 150 mots

A la Friche la Belle-de-Mai, à Marseille, en contrepoint de l’intervention de l’Atelier Van Lieshout qui donne à voir l’utopie totalitaire d’un univers ultra-rationalisé, «Â No Fear, No Shame, No Confusion » se déploie tout en émotion et fragilité.

MARSEILLE - Renouant avec l’engagement féministe de Triangle France, cette exposition est l’occasion de découvrir l’œuvre sculptée de Liz Magor, artiste canadienne née en 1948 qui n’a jamais fait l’objet d’une exposition personnelle en Europe. Cette dernière s’empare d’objets de la vie ordinaire (une veste en tweed, des cigarettes, une bouteille de whisky, une couverture…) qu’elle moule, transforme légèrement ou assemble subtilement afin de révéler l’anxiété et le besoin de protection physique et émotionnelle qui contaminent notre rapport aux choses. Cette exploration de notre intimité trouve de singulières résonances dans les œuvres de trois artistes émergents invités à réagir à ce travail, Laure Prouvost (Turner Prize 2013), Jean-Marie Appriou et l’Allemande Andrea Büttner.

« No Fear, No Shame, No Confusion »,

Triangle France, Friche Belle-de-Mai, 41, rue Jobin, 13003 Marseille, www.marseilleexpos.com. Jusqu’au 2 février.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°405 du 17 janvier 2014, avec le titre suivant : Explorations faussement ordinaires

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque