Jeudi 19 septembre 2019

Villa Paloma

Curieuse nature à Monaco

Par Frédéric Bonnet · Le Journal des Arts

Le 6 octobre 2010 - 477 mots

Nouvelle antenne du Nouveau musée national de Monaco, la Villa Paloma ouvre ses portes avec une exposition conçue par le photographe allemand Thomas Demand.

MONACO - Du Nouveau musée national de Monaco (NMNM) il y avait en bord de mer la Villa Sauber, qui accueille actuellement une exposition à la fois fine et ébouriffante de Yinka Shonibare, jouant avec les collections. L’institution compte désormais une seconde antenne, au nord de la Principauté, avec l’inauguration de la Villa Paloma. La demeure du début du XXe siècle, acquise par l’État monégasque en 1995, a fait l’objet d’un sobre et complet réaménagement par l’architecte Renaud Piérard, lui conférant ainsi une surface de 875 mètres carrés répartis sur quatre niveau. On est loin de la course au gigantisme ou au geste architectural auquel se livrent nombre d’institutions, mais c’est de cette modestie toute relative que Marie-Claude Beaud, directrice du NMNM, entend pourtant faire un atout, en pensant son programme en termes de production de projets plus que d’expositions. Des projets qu’elle entend confier à des artistes sur un rythme biannuel. 
Premier invité en ces murs, l’Allemand Thomas Demand se livre à une intrigante réflexion sur la nature et sa possible représentation, lui dont les motifs photographiques sont entièrement construits et n’ont donc rien de… naturel. 

Entre le vrai et le faux
Pour cette exploration marquée par l’étrangeté (Ger Van Elk tond un cactus ; Henrik Hakansson tente d’enregistrer le chant des oiseaux monégasques ; Sigmar Polke, en 1968, enchaîne les expériences formelles pour tenter de se transformer en palmier…), l’artiste s’est appuyé sur la figure de René Magritte – dont la revue La Carte d’après nature (1952-1964), sous forme de carte postale, donne son titre à la manifestation – et sur celle du trop rare Luigi Ghirri (1943-1992), qui fait presque ici l’objet d’une minirétrospective avec près d’une centaine de clichés déployés dans les salles. Entre ces deux-là s’instaure un dialogue basé sur la nécessaire et patiente observation d’une nature difficile à domestiquer, où s’inscrivent des chausse-trappes visuelles installant, au-delà des apparences, une dichotomie entre le vrai et le faux. Une confusion que de nombreux artistes conviés se font un malin plaisir d’entretenir, à l’instar de l’Américain Chris Garofalo, qui a installé dans une vitrine prêtée par le Musée d’anthropologie de magnifiques plantes en céramique, dont ni les formes ni les noms n’existent réellement. À travers les mouvements insignifiants d’une pie capturés par Tacita Dean, ou les fragments d’arbres saisis par August Kotzsch vers 1865, la traque du détail quasi invisible fait glisser la nature bien réelle dans une autre versant, onirique celui-là.

LA CARTE D’APRÈS NATURE

Jusqu’au 22 février, Nouveau musée national de Monaco, Villa Paloma, 56, bd du Jardin-Exotique, Monaco, tél. 377 98 98 19 62,www.nmnm.mc, tlj 10h-18h. Cat. coéd. NMNM et Mack, 144 p., ISBN 978-1-9079-4601-1

Commissaire : Thomas Demand
Nombre d’artistes : 17
Nombre d’œuvres : environ 130

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°332 du 8 octobre 2010, avec le titre suivant : Curieuse nature à Monaco

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque