Coldefy et Van Haute à HongKong

A mi-chemin

Par Gilles de Bure · Le Journal des Arts

Le 24 juin 2009

Ils sont jeunes (âgés de 31 ans tous les deux), ils sont talentueux, ils ont déjà un passé imposant (lui dans la mouvance de SOM, aux états-Unis, d’Ando et d’Hammoutène ; elle dans celle de Perrault, de Berger et de Richard Meier…) et les voilà déjà à la tête d’un chantier considérable, situé loin de leur base lilloise, à Hongkong.

Opposés à 161 concurrents en provenance de 23 pays, Thomas Coldefy et Isabel Van Haute ont remporté, fin 2006, le concours portant sur le Design Institute de Hongkong. Soit un établissement d’enseignement supérieur d’une surface de 42 000 m2 devant accueillir 4 000 étudiants dans des disciplines aussi diverses que le design, la mode, les médias et la technologie Internet, et dotée d’un grand auditorium de 700 places qui accueillera conférences, concerts et défilés de mode.
Résultat : un puzzle de verre, béton et acier posé sur un immense socle, sorte de « lounge » urbain géant favorisant rencontres et échanges. Au-dessus, accessible en pente douce, un podium, extension paysagère pouvant accueillir divers types d’événements et recelant en ses flancs quatre auditoriums, un café, une salle de sport et des espaces d’exposition. De ce quadrilatère s’élancent quatre tours, chacune dédiée à l’une des quatre disciplines enseignées au Design Institute.

Une architecture radicale
Enfin, surplombant l’ensemble, comme un anneau à angles droits, une plate-forme aérienne, en verre sérigraphié blanc, volume immaculé et minimal semblant flotter au-dessus de l’ensemble. Dans l’anneau, se distribuent la bibliothèque commune aux quatre départements, les bureaux de l’administration et les espaces associatifs. Couronnant l’anneau, une terrasse paysagée, accessible lors d’événements exceptionnels, et d’où l’on voit, depuis les arrières de Kowloon où est implanté l’Institut, la baie de Hongkong.
« Nous avons voulu une architecture radicale, légère et transparente, qui invite à une réflexion sur la combinatoire de situations multiples et opposées : introversion et extraversion, retenue et expression, classicisme et expérimentation », confient les deux architectes. Développé à Hongkong en 2007, le projet a été mis en chantier au printemps 2008 et sera livré au printemps 2010.
En signant le premier équipement majeur édifié par des Français à Hongkong, Thomas Coldefy et Isabel Van Haute se confrontent ainsi aux imposants et éblouissants skyline de la Hongkong et Shanghaï Bank de Norman Foster et de la Bank of China de Ieoh Ming Pei.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°306 du 26 juin 2009, avec le titre suivant : Coldefy et Van Haute à HongKong

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque