Vendredi 30 juillet 2021

Portrait d'objet

Boule de Noël “Sylvestre”

“Superbowl”

Par Christian Simenc · Le Journal des Arts

Le 10 décembre 2013 - 454 mots

L’inévitable période de Noël est l’occasion pour nombre de firmes et d’institutions de plancher sur des produits « circonstanciels ».

Ainsi le Centre international d’art verrier de Meisenthal (CIAV), en Lorraine, a-t-il lancé en 2001, en parallèle à sa production traditionnelle de boules de Noël en verre, une « ligne contemporaine ». Premier à essuyer les plâtres : l’Allemand Andreas Brandolini, lequel, à l’époque, portait également la casquette de directeur artistique du CIAV.
À partir d’un moule ancien destiné à produire la paraison d’un verre à pied, le designer imagina alors Goutte, une boule dont la forme reprend peu ou prou celle en toupie de la petite masse de plomb qui sert à tendre un… fil à plomb. Le temps de se faire connaître, la renommée de cette collection originale démarra en 2006, année où l’Anglais Jasper Morrison dessina Triplette, un spécimen ressemblant à une boule de pétanque, sphère de verre transparent délicatement argentée et striée à la surface des quelques lignes caractéristiques de la boule de compétition. On l’aura compris, l’humour est l’un des ingrédients phares de cette « ligne contemporaine ». Ainsi, la boule de Noël peut être poids de balance d’épicier (Kilo, Hervé Blain et Grégory Dixneuf/Atelier BL119), ampoule à incandescence (Tilt, Philippe Riehling), ballon de fête foraine (Hélium, Pierre Bindreiff et Sébastien Geissert/V8 Designers), nuage (Cumulus, Mendel Heit), soucoupe volante (Ovni, Italo Zuffi), voire pneu neige (Vroum, Thibaut Allgayer).

Cette année, c’est le Studio BrichetZiegler (Paris) qui a réalisé l’édition contemporaine. Sa création, un personnage à l’image d’un superhéros de bande dessinée américaine, s’intitule Sylvestre. « Nous nous [sommes] dit que l’action du CIAV était héroïque : sauver un site, une tradition, sauvegarder des emplois… », explique Caroline Ziegler. « De plus, ajoute Pierre Brichet, le contexte géographique de la vallée de Meisenthal et des Vosges du Nord nous a fortement inspirés. Nous avons poursuivi l’idée de donner naissance à un superhéros des bois, en opposition aux nombreux héros urbains slalomant entre les buildings. Personnifier la boule de Noël nous semblait intéressant. Aucune des boules précédentes de la collection ne s’était aventurée aussi loin dans la figuration. »

Casqué et chaussée de lunettes, les bras plaqués au corps façon saut à ski et semblant fendre l’air tel Superman, ce personnage à l’allure futuriste est néanmoins surmonté d’une attache bien traditionnelle dite « dentelle ». Ses mensurations : 12 cm de long sur 6 cm de haut, pour un poids de 137 grammes. Un « justicier » risque donc de hanter les branches du sapin millésimé 2013.

N.B. : Le prix de vente de la boule Sylvestre varie, selon la couleur, de 18 € à 23 €. En vente à la galerie de la Manufacture de Sèvres (Paris-1er), et sur www.ciav-meisenthal.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°403 du 13 décembre 2013, avec le titre suivant : Boule de Noël “Sylvestre”

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque