Vendredi 19 octobre 2018

Contestation judiciaire autour de la tour de Jean Nouvel à New York

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 12 mars 2010 - 450 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [12.03.10] – La construction de la tour de l’architecte français Jean Nouvel, qui comprend un espace pour l’extension du Museum of Modern Art (MOMA) de New York est de nouveau menacée par un recours en justice de la part de l’association de défense du voisinage.

Une requête déposée le 24 février 2010 auprès de la Cour suprême fédérale de New York par la 54 West-55th Street Block Association, adversaire de longue date de la future tour, demande au tribunal de mettre fin au projet de tour de Jean Nouvel.

En 2007, l’architecte français remportait un concours international organisé par la société d’immobilier texane Hines. A terme le spectaculaire immeuble à la forme fuselée devait offrir quelque 66 000 m² supplémentaires de galeries d’exposition au MOMA – auxquels s’ajoutaient des commerces, un hôtel et des logements. Jean Nouvel précisait que la forme de la tour de 380 mètres de haut était née des contraintes du site et qu’elle « entrait dans le gabarit constructible ».

La construction de la tour avait alors suscité une vive réaction du voisinage notamment de la 54 West-55th Street Block Association qui bénéficie de grands moyens – notamment médiatiques – pour faire entendre ses revendications. En octobre 2009, elle avait, avec d’autres opposants, exhorté dans un spot télévisé la présidente du conseil municipal et la commission d’urbanisme et d’aménagement de la ville à s’opposer à la construction de la tour.

Après de longues négociations, la commission a voté la réduction de la hauteur de la tour qui passe de 380 à 320 mètres. Décision à laquelle avaient adhéré les promoteurs même si elle engageait d’importantes modifications de plan.

Apparemment non satisfaite, l’association dépose aujourd’hui auprès de la cour fédérale une nouvelle plainte pour « défaut de conformité aux normes » de construction. La requête cite un prétendu manque de clarté du promoteur Hines sur les impacts environnementaux de la construction.

La société immobilière n’aurait pas évalué de manière adéquate les impacts de la tour sur les bâtiments proches comme le CBS Building conçu par Eero Saarinen et d’autres édifices historiques, sans oublier les problèmes de circulation (voitures et piétons). De plus, les droits d’extension auraient été accordés illégalement au projet et non autorisés par la réglementation de zonage.

Dans un témoignage lors des plaidoyers auprès de la commission municipale pour l’urbanisme et l’aménagement du territoire, le directeur du MOMA, Glenn Lowry avait minimisé les impacts et avait précisé, de manière peu convaincante pour l’association, que le musée, étant donné sa grande renommée, ne cherchait pas à augmenter sa fréquentation.

Les intimés sont la ville de New York, la Commission pour l’urbanisme et l’aménagement du territoire et la société Hines. Le MOMA ne figure pas sur la liste.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque