Vendredi 17 septembre 2021

Ventes publiques étrangères : faits et tendances de 1997

Le Journal des Arts

Le 16 janvier 1998 - 791 mots

La saison des ventes aux enchères dans le monde anglo-saxon, de septembre à décembre, a été particulièrement riche d’événements, alliant de grands succès à des échecs retentissants. État des lieux en neuf points.

Garantie de résultat. L’usage se maintient, avec tous les risques que cela comporte. Sotheby’s avait garanti la collection d’Evelyn Sharp, ce qui lui a coûté très cher puisque les acheteurs n’ont pas suivi, comme pour la vente des dix Cézanne qui n’a pas atteint les résultats escomptés. En revanche, Christie’s avait “un engagement financier direct” dans la vente Ganz, qui a été entièrement couvert malgré ses investissements considérables pour la promotion de la vente.

Impressionnisme et art moderne. Les ventes de New York montrent qu’à l’exception de la vente Ganz, les résultats sont bons, mais pas exceptionnels, et que les acheteurs sont très sélectifs. Dans la première partie des ventes Christie’s, 27 % des lots n’ont pas été vendus. Pour la même période chez Sotheby’s, 25 % des lots n’ont pas trouvé d’acheteur. Sans la vente de la collection Ganz, le chiffre d’affaires de Christie’s pour cette saison aurait été équivalent à celui des deux dernières années.

Art moderne allemand et autrichien. Il garde son attrait. La vente sur ce thème organisée par Christie’s à Londres, en octobre, a atteint la somme impressionnante de 32 669 525 livres sterling – chiffre auquel ont contribué de manière significative les 14 500 000 livres payées pour un tableau de Klimt – et a établi de nouveaux records pour des artistes essentiels comme Macke, Mueller et Marc. Cependant, lors de cette même vacation, un grand nombre de lots du XIXe siècle n’ont pas trouvé preneur, et ce marché rencontre actuellement quelques difficultés. Ce facteur pourrait affecter les ventes d’art du XIXe siècle que la maison prévoit d’organiser cette année. Il faut remarquer que Christie’s avait également proposé des tableaux allant de 1940 à 1970 qui, dans l’ensemble, se sont bien vendus. Christie’s concurrence ainsi les maisons de ventes allemandes qui détenaient jusqu’à présent le monopole de ce secteur.

Arts asiatiques. Les graves problèmes financiers des marchés asiatiques se reflètent dans les résultats des ventes, mais de manière plus indirecte que l’on aurait pu le penser. Les ventes d’art chinois de Christie’s à Hong Kong, en novembre, ont généré les meilleurs résultats de leur histoire, grâce au remarquable succès d’une vente de jades. Pour la céramique et les autres objets, les plus beaux lots se sont bien vendus, mais la proportion d’invendus reste très élevée. Les résultats des ventes d’art chinois à Londres, en décembre, sont du même ordre : beaucoup de lots n’ont pas trouvé d’acheteur, mais les plus importants se sont bien vendus.
Arts décoratifs. Ils prennent de plus en plus d’importance. La semaine de ventes d’art islamique de Sotheby’s à Londres en novembre a totalisé 9 millions de livres, atteignant ainsi le niveau de l’art contemporain et dépassant largement les gravures, livres, aquarelles et autres secteurs…

Art islamique. Il est de plus en plus apprécié pour constituer des collections et attire les grands collectionneurs des autres secteurs. Les clients arabes, qui ont énormément acheté cette saison, ont payé des prix élevés pour des pièces en métal et des manuscrits. L’art turc aussi est en vogue et a atteint des enchères élevées, notamment les huiles topographiques du XIXe siècle.

Peinture américaine. Ce secteur clé des maisons de vente anglo-saxonnes fait preuve d’une vigueur indiscutable. La vente de Sotheby’s à New York, le 3 décembre, a recueilli 43,6 millions de dollars, plus que le record établi en 1989. La participation active des marchands a décuplé les prix, et particulièrement ceux de Sargent.

Structure. La distinction entre vente aux enchères et vente directe a continué de s’estomper en septembre, lorsque Sotheby’s a annoncé son alliance avec le marchand d’art et expert Jeffrey Deich. Depuis 1996, Sotheby’s est associée au marchand André Emmerich et pense visiblement que ces liens offrent d’intéressantes opportunités commerciales. Étant donné que rien n’empêche les maisons de vente d’intervenir sur le premier marché, il est probable que de telles initiatives vont se multiplier à l’avenir.

New York, The big Apple. L’attrait de cette métropole se renforce. La décision du marchand londonien Giuseppe Eskenazi d’y organiser une exposition vers le milieu de l’année en est la preuve. Autre signe révélateur : les instances dirigeantes de Christie’s, auparavant installées à Londres, passent à présent le plus clair de leur temps à New York. Il est certain que les ventes les plus importantes y sont organisées, que leur thème soit le “glamour” (Lady Di, Jackie Kennedy, les Windsor) ou l’art (Ganz). Cette tendance paraît fondamentale pour le marché de l’art du prochain millénaire. À moins que l’Europe prenne le taureau par les cornes et s’attelle efficacement à une harmonisation fiscale ou que la Chine ne nous réserve des surprises.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°52 du 16 janvier 1998, avec le titre suivant : Ventes publiques étrangères : faits et tendances de 1997

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque