Samedi 17 novembre 2018

Profession

Scénographe d’exposition : atmosphère, atmosphère...

Le Journal des Arts

Le 2 mai 2003 - 665 mots

Dans le cadre de notre rubrique consacrée à un métier de la culture, nous vous invitons dans ce numéro à découvrir celui de scénographe d’exposition.

“Le scénographe d’exposition est un créateur d’atmosphère, chargé de mettre en scène le regard que porte le commissaire d’exposition sur un artiste, une période, une civilisation... Mais il ne doit jamais perdre de vue qu’il s’adresse à un public”, confie Philippe Délis, architecte spécialisé depuis plus de quinze ans dans la conception de scénographies. Pour Didier Blin, un habitué des musées des beaux-arts (“Les natures mortes de Manet” à Orsay, “Vallotton” et “L’école de Barbizon” à Lyon, “Berthe Morisot” et “Le baroque en Bohême” à Lille), “la difficulté consiste à savoir s’effacer devant les objets tout en faisant œuvre de créateur”. Pour valoriser au mieux les œuvres, le scénographe élabore généralement la structure et le volume des espaces d’exposition, le mobilier (vitrines, socles, tables et autres supports), l’identité graphique du projet (des cartels à l’affiche), la couleur à donner aux cimaises ou la mise en lumière des objets. Entouré d’architectes, de graphistes, de plasticiens et de techniciens, il travaille en étroite collaboration avec le commissaire de l’exposition, dont il tente de donner forme au propos en fonction de contraintes matérielles et techniques, mais aussi de sa propre approche créatrice. S’étant fait une spécialité des expositions à caractère scientifique, ethnographique ou archéologique, Philippe Délis privilégie aux reconstitutions spectaculaires des parcours où priment l’émotion et l’imagination. Pour “L’Or des rois scythes”, montée au Grand Palais à Paris en 2001, il a fait agrandir sur d’immenses photographies noir et blanc certains détails d’objets, afin d’aider le public à pénétrer dans l’univers artistique, religieux ou quotidien de ces cavaliers nomades. Il joue également beaucoup sur la lumière, qui a presque remplacé la couleur dans ses installations. Diffuse ou dirigée directement sur les œuvres, elle lui “permet de créer une atmosphère particulière et de faciliter la rencontre du visiteur avec ce qui lui est donné à voir”. Autre élément clé de la scénographie, la couleur des cimaises. “Cela peut être une couleur liée à une époque – comme le vert XIXe utilisé lors de l’exposition sur l’école de Barbizon –, ou à un artiste. Pour ‘Mondrian de 1892 à 1914, les chemins de l’abstraction’, présentée au Musée d’Orsay en 2002, le gris brun et le blanc se sont par exemple imposés d’eux-mêmes”, souligne Didier Blin. Certaines expositions peuvent également donner lieu à des aménagements particuliers. Pour la rétrospective “Anne Vallayer-Coster”, ouverte jusqu’au 23 juin au Centre de la Vieille-Charité, à Marseille, Didier Blin a habillé les galeries dépouillées du musée de parquet, lambris et tentures afin d’évoquer l’univers de cette artiste peintre à la cour de Marie-Antoinette, ainsi que le luxe raffiné de son temps. Si l’on en croit le scénographe, “à chaque exposition, c’est une autre aventure qui commence”...

Les formations au métier de scénographe

Bien qu’en pleine expansion, le métier de scénographe d’exposition ne bénéficie pas encore de formations spécifiques. Il est exercé par des architectes, architectes d’intérieur et parfois par des scénographes de théâtre. Voici donc une liste, non exhaustive, d’établissements réputés dans ces deux domaines : - École nationale supérieure des arts décoratifs (Énsad), 31 rue d’Ulm, 75005 Paris, tél. 01 42 34 97 00. - École Boulle, 9 rue Pierre-Bourdan, 75012 Paris, tél. 01 43 46 67 34 ; - École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (Énsaama), 63/65 rue Olivier-de-Serres, 75015 Paris, tél. 01 53 68 16 90 ; - École Camondo, 266 bd Raspail, 75014 Paris, tél. 01 43 35 44 28 ; - École supérieure d’arts graphiques et d’architecture intérieure (Ésag-Penninghen), 29/33 rue du Dragon, 75006 Paris, tél. 01 42 22 55 07/08 ; - École supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg (ÉSAD-TNS), section scénographie-décors, costumes, 1 av. de la Marseillaise, Strasbourg, tél. 03 88 24 88 44 ; - École supérieure des arts et techniques du Théâtre de Lyon (ÉNSATT), département décoration-scénographie, 4 rue Sœur-Bouvier, Lyon, tél. 04 78 15 05 05.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°170 du 2 mai 2003, avec le titre suivant : Scénographe d’exposition : atmosphère, atmosphère...

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque