Lundi 10 décembre 2018

Profession

Consultant en conservation préventive

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 5 octobre 2007 - 729 mots

Prévenir plutôt que guérir”¯: telle pourrait être la devise de ce métier d’avenir.
Plusieurs agences spécialisées ont vu le jour pour répondre à la demande.

À l’heure où les budgets de restauration fondent comme neige au soleil, la notion de conservation préventive devrait s’imposer avec davantage d’acuité. Et avec elle, la pérennisation d’un métier relativement nouveau : celui de consultant en conservation préventive, parfois également appelé, d’un étrange néologisme, « préventiste ». « La conservation préventive invite à penser “collection” et non plus “objet” ; à penser “bâtiment” et non plus “salle” ; à penser “une semaine”, “un an”, “dix ans” et non plus “un seul jour” ; à penser “investissement à long terme” et non plus “coût immédiat” », souligne avec justesse le député (UMP) Christian Kert dans un récent rapport parlementaire (1). L’objectif de toute action de conservation préventive est en effet simple : prévenir les dégradations pour recourir un minimum aux restaurations. Gaël de Guichen, membre de l’Iccrom (Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels), l’un des plus éminents spécialistes de la question, en donne sa définition : « Toute action directe ou indirecte ayant pour but d’augmenter l’espérance de vie d’un élément ou ensemble d’éléments du patrimoine. » Dès lors, le spectre d’action des spécialistes est vaste et dépend de la nature des objets comme des monuments et de l’environnement dans lequel ils se trouvent : amélioration des conditions de conservation (température, hygrométrie, luminosité, exposition à la pollution), de transport, de manipulation...

Déménagement d’une collection
Si la notion, à mi-chemin entre conservation et restauration, n’est pas neuve – l’Iccrom dispense des formations depuis plus de trente ans –, la création d’une filière exclusivement dédiée à ces questions date seulement de 1994. Celle-ci est abritée au sein de l’université Paris-I (Panthéon-Sorbonne). Dans ses rangs, on ne dénombre que des professionnels en activité (régisseurs, restaurateurs, conservateurs), issus du monde des musées, des monuments historiques, des archives, mais aussi pour quelques-uns d’entre eux de l’architecture. Tous en ressortent spécialistes de l’évaluation et de la gestion des risques, capables de mettre en œuvre des bilans sanitaires et des plans d’actions, et d’édicter des préconisations. « Le choix de n’ouvrir cette formation qu’à des professionnels était volontaire car, à sa création, il n’existait pas de réels débouchés pour les étudiants, explique Denis Guillemard, responsable du master 2 professionnel. Le marché étant restreint, il s’agissait de ne pas former pour rien. » Depuis, les choses ont sensiblement évolué et l’ouverture s’opère. Sur les douze élèves, quatre sont désormais des étudiants issus d’un master spécialisé. Pourtant, si la fonction émerge, les postes ne sont pas nécessairement créés. La majeure partie des diplômés conjuguent donc cette activité avec d’autres compétences. Ainsi de Florence Herrenschmidt, restauratrice de documents graphiques, qui mène les deux métiers en parallèle et répond aux appels d’offres émanant des institutions patrimoniales. « En qualité de consultant, nous devons répondre à un cahier des charges [souvent rédigé sous l’égide du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)]. En général, il s’agit d’organiser le déménagement et le réaménagement d’une collection et de ses réserves, de mener le chantier des collections ou encore de jouer un rôle de conseil lors des études de programmation avec les architectes », explique cette dernière.
Face à une demande croissante, la profession commence à se structurer et le travail en équipe se généralise. Quelques agences spécialisées ont ainsi vu le jour afin de répondre à des chantiers d’importance tels que le Musée du quai Branly, à Paris, ou le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, à Marseille. Denis Guillemard ne cache donc pas son optimisme quant à la pérennité de la profession : « Dans l’optique d’un musée moderne de plus en plus ouvert sur l’extérieur, il s’agit bien d’un métier d’avenir. Car lorsque l’on souhaite exploiter au mieux les collections, la conservation préventive, en appliquant un principe de prévention, devient un véritable outil de performance. »

(1) « Techniques de restauration des œuvres d’art et la protection du patrimoine face aux attaques du vieillissement et des pollutions », par Christian Kert, Rapport de l’Assemblée nationale, juin 2006.

Formation

- Master 2 professionnel « Conservation préventive du patrimoine » (ancien DESS), université Paris-I (Panthéon-Sorbonne), 17, rue de Tolbiac, 75013 Paris, www.univ-paris1.fr Enseignement théorique et pratique d’une durée de vingt-quatre semaines. Le master se destine principalement à des professionnels déjà engagés dans une activité, mais aussi à quelques étudiants issus du master 1 « Conservation Restauration des biens culturels », option conservation préventive.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°265 du 21 septembre 2007, avec le titre suivant : Consultant en conservation préventive

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque