Vendredi 23 février 2018

Versailles - Invité surprise

Xavier Darcos veut prendre la place de Jean-Jacques Aillagon

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 30 mars 2010

Écarté après sa défaite aux élections régionales, l’ancien ministre du Travail Xavier Darcos tente de s’imposer à la présidence de l’Établissement public du domaine et du château de Versailles, poste occupé par Jean-Jacques Aillagon. Mais l’ex-ministre de la Culture, candidat à sa propre succession en juin, n’entend pas céder sa place si facilement.

VERSAILLES - Faut-il y voir un signe des temps ? Les établissements publics culturels sont aujourd’hui l’enjeu de luttes de pouvoir inimaginables il y a encore une dizaine d’années. Après la tentative de putsch de l’ancienne ministre de la Culture, Christine Albanel, pour prendre la tête de la Bibliothèque nationale de France (BNF) en lieu et place de Bruno Racine, finalement reconduit pour trois ans le 24 mars, c’est Jean-Jacques Aillagon qui a dû essuyer les assauts d’un rival inattendu, Xavier Darcos.

Selon nos informations, Jean-Jacques Aillagon aurait été directement informé de son arrivée immédiate à la tête de l’Établissement public du domaine et du château de Versailles par l’ancien ministre du Travail lui-même, écarté du gouvernement après la déconfiture des élections régionales.

Homme de médias, l’ancien ministre de la Culture, qui avait reçu au début de l’année des engagements de l’Élysée, a fait acte de résistance – profitant de l’absence d’annonce officielle – en mobilisant la presse. Et a usé d’un entretien, officiellement prévu de longue date avec Claude Guéant, secrétaire général de l’Élysée, pour réaffirmer son souhait de voir son mandat prolongé. Il en serait ressorti uniquement avec l’assurance d’être maintenu jusqu’en juin, date d’échéance de son premier contrat de trois ans à la tête de l’établissement.

Car Xavier Darcos – dont l’épouse se serait déjà souciée de la décoration des lieux – ne s’avoue pas vaincu. Du côté de la Rue de Valois, on se contente de préciser qu’il y a désormais « deux candidatures officielles ». Or Jean-Jacques Aillagon risque de manquer du soutien de son ministre de tutelle, Frédéric Mitterrand, qui n’avait guère goûté d’être déprogrammé de l’antenne de TV5 après la nomination de l’ancien ministre à la tête de la chaîne.

Depuis plusieurs mois, l’entourage de Frédéric Mitterrand a d’ailleurs fait savoir qu’il devrait y avoir du changement à la tête des grands établissements publics, sans pour autant passer à l’acte. Le prochain contrat arrivant à échéance sera celui, en avril, du président-directeur du Musée du Louvre. Henri Loyrette serait favori pour son renouvellement mais nul ne semble, aujourd’hui, à l’abri d’une surprise.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°322 du 2 avril 2010, avec le titre suivant : Versailles - Invité surprise

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque