Musées

Une fréquentation vertigineuse

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 3 février 2006

Des chiffres exceptionnels pour le Musée du Louvre en 2005, augmentation de plus de 10 % pour Orsay et Guimet..., les foules ont plébiscité les musées parisiens.

PARIS - Serait-ce l’effet du Da Vinci Code ? Le Musée du Louvre a annoncé, pour l’année 2005, une fréquentation record estimée à 7,3 millions de visiteurs – les résultats définitifs seront communiqués en février. Il s’agit pour l’institution parisienne non seulement d’un record, mais aussi de la fréquentation la plus élevée parmi les établissements culturels en France et dans le monde – à titre indicatif, le British Museum, à Londres, a reçu moins de 5 millions de visiteurs. Les expositions temporaires du Louvre ont su attirer les foules avec 204 000 visiteurs pour « La France romane » (mars-juin) et 150 000 pour la rétrospective « Girodet », qui vient tout juste de s’achever. « C’est une véritable satisfaction. Cela signifie que notre politique volontariste en faveur du public a été fructueuse, avec une nette progression des visiteurs français et des jeunes de moins de 26 ans, se félicite Henri Loyrette, président-directeur de l’établissement. Cela dit, il faut absolument améliorer l’accueil sous la pyramide (conçue pour recevoir 4,5 millions de visiteurs, pas plus) et trouver d’autres entrées au musée. »

Beau score pour « Dada »
Les autres établissements publics de la capitale ont, eux aussi, publié des chiffres en hausse. Le Musée d’Orsay a vu sa fréquentation augmenter de 12,6 %, avec près de 3 millions de personnes contre 2,6 millions pour 2004. L’exposition « L’art russe » notamment, présentée à l’automne, a séduit 200 000 amateurs. Le Musée d’art asiatique-Guimet a, pour sa part, annoncé une hausse de 13 %
de visiteurs pour 2005, soit 293 630 personnes contre 260 153 en 2004. Cette augmentation est surtout à imputer au succès rencontré par les expositions temporaires – 53 % de visiteurs par rapport à l’année dernière ! –, en particulier « La sculpture du Champa », prolongée jusqu’au 6 février en raison de l’engouement du public. La Musée Guimet a souligné qu’il s’agit de la première hausse de fréquentation annuelle depuis sa réouverture en 2001. Ces chiffres restent toutefois relativement faibles pour un établissement public. Le Centre Pompidou affiche, lui, une fréquentation en très légère baisse avec 5,34 millions de visiteurs pour 2005 contre 5,36 en 2004 – baisse explicable par les fermetures partielles de l’établissement pour rénovation du système anti-incendie. Notons tout de même un beau score pour l’exposition « Dada », avec 370 000 visiteurs. Plus de 5 millions de personnes ont visité par ailleurs le Musée du château de Versailles en 2005 – la fréquentation globale du site, musée et domaine, étant, elle, estimée à 7,5 millions de visiteurs. Et ils sont 100 000 à s’être pressés au Petit Palais-Musée des beaux-arts de la Ville de Paris depuis sa réouverture le 10 décembre dernier ! Ces données vertigineuses, qui traduisent l’intérêt que suscite la culture auprès du public, imposent aux musées d’améliorer continûment leur politique d’accueil des visiteurs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°230 du 3 février 2006, avec le titre suivant : Une fréquentation vertigineuse

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque