Vendredi 20 septembre 2019

Un ticket pour l’art

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 15 mai 2014 - 256 mots

En accord avec la RATP, le groupe de promotion immobilière Émerige dirigé par Laurent Dumas,
un passionné d’art contemporain, a imaginé de confier à un artiste l’entrée de la future station de métro Pont-Cardinet. Celle-ci devrait voir le jour en 2017, dans le cadre du prolongement de la ligne 14.

C’est l’Allemand Tobias Rehberger, Lion d’or de la Biennale de Venise en 2009, qui a été choisi pour cette commande. Sculpteur, Tobias Rehberger aime jouer avec l’espace et la perception qu’on en a, usant parfois de techniques proches de celle du « camouflage disruptif », mise au point pendant la Première Guerre mondiale et qui consiste à brouiller l’image d’une forme à l’aide de lignes droites enchevêtrées.

À New York, en 2013, il reconstitua ainsi son bar préféré, le Oppenheimer, en le recouvrant de bandes noires et blanches zigzagantes ; dans la première partie de la rétrospective que vient de lui consacrer la Schirn Kunsthalle de Frankfurt, l’espace était tapissé du sol au plafond de motifs géométriques. Au carrefour du design, de l’architecture et de l’art, le travail de Rehberger pose la question d’un usage intégré à l’œuvre. Dans le cas de cette station de métro, l’arche de Tobias Rehberger, constituée de triangles assemblés, fonctionnera également comme une horloge binaire indiquant l’heure grâce à l’affichage lumineux de certains de ses trigones rétroéclairés. Après Jean-Michel Othoniel et son Kiosque des noctambules chapeautant l’entrée de la station parisienne Palais-Royal depuis l’an 2000, Tobias Rehberger sera le deuxième artiste contemporain à avoir un ticket dans la capitale.  Anne-Cécile Sanchez

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°669 du 1 juin 2014, avec le titre suivant : Un ticket pour l’art

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque