Dimanche 16 décembre 2018

Prix

Un air de famille

Le Prix de dessin contemporain des Guerlain mécéné par le parfumeur

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 27 octobre 2009 - 257 mots

PARIS - Bien que la famille Guerlain ait vendu la maison du même nom au groupe LVMH en 1994, elle n’en a pas pour autant rompu les liens avec la société.

Le grand parfumeur devient aujourd’hui l’un des principaux sponsors du Prix de dessin contemporain de la Fondation Daniel et Florence Guerlain.
« Depuis trois ans, nous avons tissé des liens avec Laurent Boillot [P.-D. G. de la Maison Guerlain ]. La Maison Guerlain s’était rapprochée de l’art avec le Parcours privé de la FIAC [Foire internationale d’art contemporain] en organisant à ce moment-là des expositions dans leur espace des Champs-Élysées. Nous sommes heureux de cette continuité de l’histoire qui se prolonge sur plusieurs générations. Le grand-père de Daniel, Jacques, était déjà un grand mécène », explique Florence Guerlain. L’apport de la firme vient s’ajouter à ceux venant déjà du Cercle des Amis, d’Artcurial et de Neuflize OBC ABN AMRO. Le prix serait-il devenu annuel sans l’intervention de la Maison Guerlain ? « Oui, quitte à ce que nous soyons obligés de renflouer systématiquement s’il y avait un manque à gagner, indique Florence Guerlain. Ce que craignait Daniel, c’est qu’à un moment l’œuvre que nous achetons pour le cabinet d’arts graphiques du Centre Pompidou soit trop chère pour nous. Avec le nouveau sponsor, nous sommes à l’aise. » La liste des trois prétendants au Prix sera communiquée le 17 décembre à la Chapelle de l’École nationale supérieure des beaux-arts, à Paris, le nom du lauréat étant dévoilé le 25 mars dans le cadre du Salon du dessin.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°312 du 30 octobre 2009, avec le titre suivant : Un air de famille

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque