Vendredi 22 février 2019

Carnet

Ultime voyage

Claude Lévi-Strauss s’est éteint le 30 octobre à l’âge de cent ans

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 10 novembre 2009 - 315 mots

Père fondateur du structuralisme, l’ethnologue Claude Lévi-Strauss s’est éteint le 30 octobre.

PARIS - Le 20 juin 2006, Claude Lévi-Strauss se tenait aux côtés du président de la République Jacques Chirac lors de la cérémonie officielle d’inauguration du Musée du quai Branly. La présence du célèbre ethnologue et écrivain français, décédé le vendredi 30 octobre, ne tenait pas de l’anecdote. Depuis le lancement du chantier du musée parisien, il avait apporté son soutien au projet, dont l’approche synthétique entre le documentaire et l’esthétique lui paraissait « judicieuse, car elle tient exemple de l’évolution du monde depuis que fut créé le Musée de l’Homme » – ce même établissement où il fit un bref passage en tant que sous-directeur à la fin des années 1940. Aux quelque 1 500 objets rapportés de ses missions au Brésil et en Amérique du Nord qui ont été déposés au Quai Branly à sa création, l’ethnologue a ajouté en 2007 sa collection photographique, soit 224 clichés pris au cours de ses missions au Brésil (1935-1936) et dans la région de Chittagong, l’actuel Bangladesh, en 1950. L’an dernier, à l’occasion de son centième anniversaire, le musée lui avait consacré une journée spéciale dont une partie de la programmation s’était tenue dans le théâtre… Claude Lévi-Strauss.
Né le 28 novembre 1908 à Bruxelles, le père du structuralisme a révolutionné la réflexion anthropologique. Auteur d’ouvrages fondateurs, dont le plus célèbre demeure Tristes Tropiques (1955), Claude Lévi-Strauss a ouvert le champ des possibles, en confrontant les organisations sociales de peuplades n’ayant rien à voir les unes avec les autres pour en dessiner les structures élémentaires et inconscientes et tenter ainsi d’en tirer l’universalité. Si ses détracteurs lui reprochaient son approche sensible, son oubli des contextes historique ou géographique, et sa tendance à l’interprétation et à la spéculation, nul ne niera le fait que vient de disparaître l’un des plus grands penseurs du XXe siècle.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°313 du 13 novembre 2009, avec le titre suivant : Ultime voyage

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque