Samedi 15 décembre 2018

Ton souvenir est ma folie !

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 3 décembre 2004 - 374 mots

« L’amour me tient, ton souvenir est ma folie/Les larmes à mes yeux affluent, impétueuses/Sous la terre, tous deux réunis dans la mort/Je nous rêve un tombeau, un seul pour nos deux corps ! » Ce poème du VIIe siècle, dont l’auteur arabe se prénomme Madjnûn, est extrait du nouvel ouvrage des éditions Diane de Selliers. Celui-ci réunit une centaine de poèmes arabes, persans et turcs du VIe au XXe siècle, illustrés par 200 peintures orientales, dont les reproductions sont de qualité inégale. Les œuvres proviennent de la Bibliothèque nationale de France, mais aussi de la collection du prince Aga Khan à Genève, du Musée Topkapi d’Istanbul, du Musée du Caire ou du Metropolitan Museum of Art à New York. L’ensemble est présenté de façon chronologique, depuis les sept poèmes sur la vie bédouine, écrits par différents auteurs, jusqu’aux textes contemporains de l’Iranien Nimâ Youshidj, du Turc Nâzim Hikmet, du Palestinien Mahmoud Darwish ou du Libanais Adonis. En préambule, Michael Barry, spécialiste de l’Afghanistan et de l’Iran enseignant à l’université de Princeton aux États-Unis, revient sur l’histoire de la peinture islamique, tandis que Pierre Lory, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, donne quelques clefs de lecture et analyse les grands thèmes de la poésie orientale. Le plus récurrent est celui de l’amour : l’amour nostalgique, créé par la séparation avec l’être aimé, un sentiment ardent, violent, mais chaste dans son attention. « À l’heure où la mention du monde musulman évoque des images souvent crispées, voire grimaçantes, cet ouvrage nous ouvre sur des espaces d’amour ou de détresse, des frémissements de joie ou de désespoir », précise Pierre Lory. En annexe le lecteur trouvera une biographie de chaque poète, des commentaires sur les manuscrits, les peintres, les personnages et mythes qui ont inspiré les artistes, un glossaire, une carte des principaux foyers culturels, une chronologie des débuts de l’islam à la guerre d’Irak et, enfin, une table des matières reproduisant la liste complète des poètes et de leurs œuvres. Autant d’outils qui permettent de s’immiscer dans l’univers magique et complexe de la poésie orientale.

Orient, Mille ans de poésie et de peinture, éditions Diane de Selliers, 2004, 336 p., 200 ill., 160 euros (puis 190 euros à partir de février 2005). ISBN 2-903656-30-4.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°204 du 3 décembre 2004, avec le titre suivant : Ton souvenir est ma folie !

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque