Mercredi 21 octobre 2020

Objet du mois

Table à dessein

Innovation

Par Christian Simenc · L'ŒIL

Le 13 décembre 2013 - 502 mots

C’est l’histoire du mariage de la carpe et du lapin. D’une alliance impossible par nature ou, plus précisément, d’un assemblage de matériaux voué, en théorie, à l’échec.

Prenez d’un côté du béton, de l’autre du papier. Lequel, d’après vous, est le plus robuste ? Le béton, répondrez-vous sans hésiter. Raté ! Dans ce cas-ci, c’est exactement l’inverse qui se produit : le frêle papier soutient, en effet, le lourd béton. L’objet, une table constituée de deux pièces qui s’emboîtent – un piètement et un plateau –, a été imaginé par Mélanie Husson, 27 ans, et s’intitule Trait d’union. Pour l’heure, trois exemplaires correspondant à trois tailles différentes ont été réalisés. Le plus grand mesure 70 cm de hauteur et arbore un plateau de 70 cm de diamètre pesant 13 kilos. Ce dernier est coulé en un béton haute performance blanc, autrement dit armé non pas des traditionnels « fers à béton », mais de fines particules.

Le piètement, lui, est constitué de feuilles de papier plissées de 240g/m2, couleur bleu Klein. L’idée de départ de la designer était d’expérimenter la notion de « scellement », technique d’assemblage qui consiste à utiliser un matériau passant d’un état liquide à un état solide, ce changement d’état permettant de fixer des éléments entre eux de manière durable. Ce principe, fort prisé dans le monde de la construction, Mélanie Husson le transpose dans l’univers de l’objet. Après plusieurs recherches, son choix s’est porté sur un duo papier et béton. D’une part, explique-t-elle, « le scellement permet de faire tenir debout une matière fragile, de figer la feuille de papier dans la forme que je décide [et] dans une position dans laquelle elle ne pourrait pas tenir seule ». D’autre part, « la mise en œuvre du scellement améliore les qualités structurelles apportées au papier. Le rapport de force est inversé : le matériau fragile vient porter le matériau robuste ». Les plis, eux, structurent le papier tout en le renforçant. Ce principe d’assemblage se révèle donc un élément déterminant : il participe à la fois aux qualités mécaniques de l’objet et à son identité. La preuve : selon la durée du scellement, autrement dit de séchage du béton, le papier diffuse différemment sa couleur à la surface : « La couleur vient matérialiser le temps de fabrication », résume Husson. Cette « diffusion » est fatalement aléatoire, ce qui fait que chaque plateau arbore des « traces » variées, un décor abstrait, subtil et… unique. 

À VOIR

Diplômée en design, en 2007, à l’ESAD de Reims, Mélanie Husson a ensuite décroché un master de création industrielle à l’ENSCI, à Paris, en 2011. On peut voir sa production sur le site : melaniehusson.wordpress.com

À SAVOIR

Avec Trait d’union, Mélanie Husson a décroché, en septembre, le prix du jury du Rado Star Prize France 2013, devant cinquante-deux autres candidats designers. Ce prix international, décerné par la marque horlogère suisse à un « très bon projet design », est doté de 5 000 euros en vue de la production du projet gagnant.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°664 du 1 janvier 2014, avec le titre suivant : Table à dessein

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque