Dimanche 16 décembre 2018

Stockholm, capitale culturelle de l’Europe en 1998

Ouverture d’un nouveau musée d’art moderne

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 21 novembre 1997 - 533 mots

Malgré les difficultés rencontrées dans la recherche de mécènes, Stockholm sera bien, l’année prochaine, la capitale culturelle de l’Europe. À ce titre, une série de manifestations sont organisées dans tous les domaines de la création. Mais l’événement majeur est l’ouverture d’un nouveau musée d’art moderne.

STOCKHOLM. Avant même le début de l’année, "Stockholm ‘98" a provoqué des controverses multiples. Même son logo a été âprement discuté. Mais le 1er janvier approchant, l’attention se tourne vers les manifestations programmées. Le principal événement sera l’inauguration, le 12 février, du nouveau bâtiment du Musée d’art moderne, conçu par l’architecte espagnol Rafael Moneo. Érigé sur le roc même de l’ancien fort maritime de Skeppsholmen (l’île au bateau), il occupe une surface quatre fois supérieure à celle de l’ancien musée et jouit d’une vue spectaculaire sur la côte et le centre historique de Stockholm. David Elliott, ancien directeur du Musée d’art moderne d’Oxford, vient d’en être nommé directeur. Il est persuadé que le nouveau musée se rangera pour l’art contemporain parmi les meilleurs d’Europe, entre la Tate Bankside, le musée du Centre Pompidou, le Stedelijk d’Amsterdam et le Ludwig Museum de Cologne. Le vol de plusieurs chefs-d’œuvre de Picasso et d’un tableau de Braque, perpétré il y a quatre ans dans l’ancien musée, a été un facteur déterminant dans la décision du gouvernement de financer le nouveau bâtiment (350 millions de couronnes, soit 270 millions de francs). Selon le directeur du projet, Peter Ohrstedt, “on ignore généralement que les sept œuvres dérobées par le toit va­laient 400 millions de couronnes (308 millions de francs), plus que le coût du nouveau musée.” David Elliott cherche maintenant à meubler l’espace dont il dispose. D’origine britannique, il n’hésite pas à placer l’art de son pays en tête de la liste des œuvres à acquérir en priorité – Auerbach, Freud, Hirst, Whiteread et de Monchaux y figurent en bonne place –, auxquelles il souhaiterait ajouter une collection de peinture allemande des années 1920, d’art russe et d’art contemporain américain. Stockholm, qui succède à Thes­salonique comme capitale culturelle de l’Europe, ne présentera pas seulement les arts plastiques, mais aussi le théâtre, la musique, la danse, le cinéma, la littérature et l’architecture. L’année prochaine, elle transmettra son titre à Weimar.

Événements phares de "Stockholm ‘98"
Cézanne : 25 tableaux et 15 dessins, au National Museum, jusqu’au 11 janvier.
Blessures. Entre démocratie et rédemption : l’exposition inaugurale du Musée d’art moderne présente 60 artistes à travers les chefs-d’œuvre de la collection et quelques prêts majeurs, du 14 février au 19 avril.
Miró : 150 œuvres essentiellement des années 1920-1930, au Musée d’art moderne, du 9 mai au 30 août.
Peter Greenaway : "100 objets pour représenter le monde", mars-avril.
Vikings : au Musée des antiquités nationales, du 28 mai au 31 décembre.
La Grande Catherine et Gustav III : au Musée national, du 9 octobre au 15 mars 1999.
Carl Larsson : une version de l’exposition du V&A, au Musée nordique, du 23 octobre au 18 juin.
Miroir du siècle : l’évolution du design dans les cent dernières années, au Musée de l’armée royale, du 25 avril au 4 octobre.
Visible à la lumière, au Musée d’art moderne, du 10 octobre au 10 janvier 1999.

"Sous-exposé"
Dix-neuf des gares souterraines de Stockholm serviront de gigantesques galeries d’exposition de photographie. En septembre 1998, à la place de leurs affiches publicitaires, elles présenteront 749 agrandissements d’images des plus célèbres photographes du monde, dont Irving Penn, Helmut Newton, Nan Goldin et Annie Leibovitz. Les tirages, au format “affiche”? de 5 mètres de haut, seront imprimés selon une nouvelle technique à jet d’encre. Les organisateurs espèrent que ce projet sera repris dans les centres souterrains des grandes capitales du monde, Londres, Paris, Berlin, Barcelone, Moscou et Tokyo. “Sous-exposé”? est au programme du prochain Festival d’automne de la Photo de la capitale suédoise. D’autres expositions sont prévues, dont “Visible à la lumière”? au Musée d’art moderne de Stockholm, du 10 octobre au 10 janvier 1999.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°48 du 21 novembre 1997, avec le titre suivant : Stockholm, capitale culturelle de l’Europe en 1998

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque