Simone Martini, génie de son siècle

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 11 décembre 2007

Figure emblématique du Trecento et maître de la peinture siennoise, Simone Martini (1282-1344) fait l’objet d’une nouvelle étude publiée aux éditions Actes Sud. L’auteur, Pierluigi Leone de Castris, à qui l’on doit déjà le Catalogue complet des peintures de Martini (publié en France chez Bordas en 1990), poursuit les travaux menés sur l’artiste depuis deux siècles. « Une monographie de Simone Martini doit aujourd’hui dépasser le simple jeu des attributions et l’exercice de philologie consistant à distinguer les œuvres originales de l’artiste de celles de ses deux beaux-frères, Lippo et Tederigo Memmi », précise l’auteur dont l’ouvrage débute par une lecture approfondie des deux grandes fresques des années 1310 : la Maestà du Palazzo Público de Sienne et le décor de la chapelle Saint-Martin à Assise. Il analyse ensuite le rôle de l’artiste dans le contexte politique de Sienne. De simple « destinataire de commandes publiques », Martini est en effet devenu un porte-parole du gouvernement des Neuf, élaborant une véritable « politique de l’image ». Il s’agit, enfin, de décrypter la dialectique complexe que Martini a su mettre en œuvre et qui situe l’artiste, selon l’auteur, au nombre des « grands génies » de son siècle. Un génie que les nombreuses et délicates reproductions des œuvres permettent d’apprécier dans ses moindres détails.

Simone Martini, Pierluigi Leone de Castris

Ed. Actes Sud, Arles, 2007 (2003 pour l’édition italienne), 384 p., 120 euros (puis 140 euros à partir du 1er février), ISBN 978-2-7427-6754-0.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°271 du 14 décembre 2007, avec le titre suivant : Simone Martini, génie de son siècle

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque