Samedi 14 décembre 2019

Simon de Pury, trois ans pour une modeste commission

Par Julien Tribut · Le Journal des Arts

Le 7 février 2018 - 107 mots

Londres. L’ancien patron de la maison de ventes qui portait son nom aura dû attendre trois ans que la justice se prononce pour toucher sa commission de 10 millions de dollars sur une vente de tableau.

La vente du tableau de Gauguin Nafea Faa Ipoipo (Quand te maries-tu ?), avait défrayé la chronique, car à l’époque on pensait que l’acheteur qatari l’avait acquis pour une somme record auprès du collectionneur Rudolf Staechelin. Ce dernier refusait de lui verser sa rémunération pour avoir fait office d’intermédiaire. C’est au cours du procès que l’on a appris que le tableau avait été cédé 210 millions de dollars, soit moins qu’annoncé.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°494 du 2 février 2018, avec le titre suivant : Simon de Pury, trois ans pour une modeste commission

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque