Scotland Yard se distingue

Un réseau tchèque de trafiquants d’art démantelé

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 23 novembre 2009

Une filière de trafiquants d’œuvres d’art volées en République tchèque vient d’être démantelée grâce à une action conjointe des policiers tchèques et allemands, épaulés par Scotland Yard. Un coup de filet à Wurtzbourg, en Allemagne, a permis de récupérer une quinzaine de tableaux de maîtres anciens et d’arrêter plusieurs malfaiteurs.

LONDRES (de notre correspondant). Volés le 5 décembre 1990 au Musée national du Palais Sternberg à Prague, Les amants mal assortis, de Cranach, ont été retrouvés à Wurtzbourg (Bavière) en compagnie de quatorze autres tableaux dérobés le 29 février 1992 au château de Namesti nad Oslavou, parmi lesquels le célèbre paysage de Bellotto, Castello Sforzesco : Vue de Milan, un Ange endormi par Reni, une Scène de cour de Véronèse, un Enfant avec un agneau de Luini, le Portrait d’une dame par Allori, un Paysage avec un berger de Cuyp, un Paysage avec un homme sur un âne par Asselijn, et le Portrait d’une dame par Pierre Mignard. De plus, huit sculptures gothiques et baroques, provenant sans doute d’églises tchèques, ainsi que plusieurs icônes ont été saisies.

La valeur de cet ensemble est estimée à plusieurs dizaines de millions de francs, mais, déjà, ce coup de filet a permis de récupérer des dizaines d’autres tableaux en République tchèque. Rappelons que cinq mois après la disparition du Cranach, quatre Picasso, estimés 135 millions de francs, avaient été volés au Palais Sternberg avant d’être retrouvés le mois suivant.

Le Cri d’Edvard Munch
Trois personnes ont été arrêtées à Wurtzbourg et plusieurs autres en République tchèque, dont un certain nombre d’anciens officiers de police. Les autorités ont laissé entendre que les personnes appréhendées étaient également impliquées dans d’autres activités criminelles d’envergure.

Le démantèlement de cette filière est le résultat d’une opération menée par deux enquêteurs de Scotland Yard, qui se sont rendus en République tchèque au mois de mai en se faisant passer pour des acheteurs potentiels. Après être entrés en relation avec les trafiquants à Klatovy, au sud de Pilsen, les détectives britanniques les ont alors persuadé de passer clandestinement les œuvres à Wurtz­bourg, où elles leur seraient réglées en espèces. Le 26 juin, les deux enquêteurs se présentaient dans un hôtel de la ville avec une mallette contenant 500 000 marks, mais au moment où s’effectuait l’échange, des policiers armés faisaient irruption.

C’est la troisième fois en l’espace de quelques années que Scotland Yard se distingue en matière de lutte conte le trafic d’œuvres d’art. En effet, l’institution londonienne avait déjà aidé à retrouver les tableaux de la collection Beit de la National Gallery d’Irlande et le Cri d’Edvard Munch, volé à la National Gallery d’Oslo.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°29 du 1 octobre 1996, avec le titre suivant : Scotland Yard se distingue

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque