Musée

Sanaa à Lens

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 7 octobre 2005

es architectes japonais construiront l’antenne du Louvre.

LENS - Véritable feuilleton qui tient en haleine le milieu culturel français depuis plus de deux ans, le projet du Louvre II vient de franchir une nouvelle étape. La ville de Lens avait été désignée, en novembre 2004, pour accueillir l’antenne du musée parisien d’ici à 2009. Le conseil régional du Nord -Pas-de-Calais en a annoncé l’architecte lauréat le 26 septembre. Contre toute attente, là où les architectes du jury (Jean Nouvel en tête) voyaient Rudy Ricciotti, et les élus, Zaha Hadid, c’est le troisième finaliste, le cabinet japonais Sanaa de Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa (favoris du président-directeur du Musée du Louvre, Henri Loyrette) qui a finalement été retenu. L’équipe, basée à Tokyo, compte déjà à son actif le Musée d’art contemporain de Kanazawa et mène actuellement le projet pour l’Institut d’art moderne de Valence. La commission permanente a apporté vingt-deux voix en leur faveur, et autant contre. C’est le vote de Daniel Percheron (PS), président du conseil régional, qui a été prépondérant. Ce dernier ne voulait pas entendre parler du projet de Ricciotti, qui avait imaginé une partie du bâtiment en sous-sol (évoquant les mines de charbon de la région), qualifié par le maire de Lens, Guy Delcourt (PS), d’« offense au bassin minier ». Réponse de l’intéressé : « [Mon projet] n’a pas été compris par les élus. Ils ont préféré un choix inscrit dans la banale mondialisation à l’émergence d’une vraie sensibilité. » Au spectaculaire et complexe projet de Zaha Hadid a été préférée l’approche minimale des Japonais de Sanaa, une succession de pavillons de verre et d’aluminium, ouverts sur l’extérieur et facilement modulables. La principale caractéristique de ce futur ensemble en est sa luminosité, un éclairage naturel avec un pare-soleil variable de toitures. Un lieu que les architectes ont voulu en constant dialogue avec son environnement, pour « valoriser le paysage plutôt que de l’occuper ».

55 000 m2 de bâtiments
Le projet du Louvre II s’accompagne aussi d’importants travaux d’urbanisme, avec la réhabilitation du quartier de la gare TGV en secteur tertiaire, pour 43 millions d’euros. Au total, 55 000 m2 de bâtiments (bureaux, commerces, hôtels) devraient y être édifiés, tandis que le parcours menant de la gare au musée sera entièrement repensé. Ce projet a été lancé le 23 septembre. La première phase des travaux, concernant les espaces publics, l’aménagement du parvis et d’un parking (5 millions d’euros), devrait s’achever fin 2006.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°222 du 7 octobre 2005, avec le titre suivant : Sanaa à Lens

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque