Dimanche 25 février 2018

Art contemporain

Salve de nominations

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 20 août 2007

Fabrice Hergott, Charlotte Laubard et Olivier Michelon ont été respectivement nommés à Paris, Bordeaux et Rochechouart.

PARIS, BORDEAUX, ROCHECHOUART - Le feuilleton aura été long, mais c’est finalement Fabrice Hergott qui succédera à Suzanne Pagé aux commandes du Musée d’art moderne de la Ville de Paris (MAMVP). Choisi, à sa propre surprise, dans un carré de candidats plus ou moins officiels (1), il prendra ses fonctions au 1er janvier 2007. Après avoir dirigé pendant deux ans la maison de la culture de Saint-Étienne, Hergott avait rejoint le Centre Pompidou en 1985 avant de prendre en 2000 la direction des Musées de Strasbourg. La programmation future de MAMVP devrait largement emprunter à celle accomplie en Alsace. C’est à l’esprit de Suzanne Pagé que se réfère en revanche Fabrice Hergott pour les expositions thématiques, prévues tous les deux ans. Le nouveau directeur a pris soin de démentir les rumeurs naissantes autour d’un affaissement possible du champ contemporain. D’ici à la mise en place de son programme, aucun événement majeur ne prendra le relais de la rétrospective « Dan Flavin ». Les directeurs par intérim, Laurence Bossé et Gérard Audinet, préparent toutefois une exposition « Karen Kilimnik », visible à partir du 27 octobre ; elle sera suivie par « Dominique Gonzalez-Foerster », sans doute en janvier 2007. Fabrice Hergott souhaite pour sa part cimenter les relations entre les scènes française et étrangère. Il espère aussi davantage de complémentarité, voire de collaboration, avec le Palais de Tokyo, situé en face du Musée. Une mise en réseau avec une dizaine d’institutions internationales, donnant lieu à des expositions itinérantes, est également dans ses tablettes. Cette ambition risque d’empiéter sur les chasses gardées de Beaubourg. « Le terrain est très large. Nous n’avons pas tous les mêmes idées en même temps », défend Hergott, en rappelant ses relations amicales avec Alfred Pacquement, directeur du Musée national d’art moderne. Pour l’heure, l’intéressé a encore du pain sur la planche à Strasbourg, où il doit mener à bien la réouverture l’an prochain du Musée historique et du Centre Tomi-Ungerer. Il lui reste aussi à passer le sceptre à son successeur, à ce jour non désigné.
Plus au sud, c’est une autre surprise qui a été annoncée le 24 juillet avec la nomination de Charlotte Laubard à la direction du capcMusée d’art contemporain de Bordeaux. Cette dernière n’était pourtant pas la favorite parmi les candidatures, entre autres, de Nicolas Bourriaud, ex-codirecteur du Palais de Tokyo, et de Dominique Marchès, ancien directeur du domaine de Chamarande et l’un des dix commissaires de « La force de l’art ». Née en 1974, la jeune femme a fait ses armes à New York, où elle fut assistante de conservation au centre d’art P.S.1, puis dans la région de Turin, où elle a été commissaire associée au Castello di Rivoli et a fondé un espace indépendant, « More Fools in Town ». Charlotte Laubard devra relancer une institution malmenée ces dernières années par ses tutelles et dont les acquisitions sont au point mort. Le contexte apparaît difficile, surtout après la démission de la majorité municipale le 28 août et du retour annoncé à la mairie de Bordeaux d’Alain Juppé, qui n’a jamais nourri de passion pour l’art contemporain. Pour l’heure, Charlotte Laubard inaugure le 15 septembre en Ukraine la Fondation Viktor-Pinchuk, pour laquelle elle est consultante, avant de vernir le 2 octobre l’exposition « Incipit » à l’Espace Paul-Ricard, à Paris.

Avant l’hiver
En Haute-Vienne, c’est Olivier Michelon qui a succédé à Arielle Pelenc à la direction du Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart. Ancien journaliste au Journal des Arts (2000-2004), ancien élève de l’Institut national du patrimoine (promotion Georges-Méliès, 2006), et commissaire adjoint de l’exposition « Le mouvement des images » au Centre Pompidou, Olivier Michelon a pris ses fonctions le 1er août. Ouvert en 1985, ce musée est riche d’une collection de deux cents œuvres d’art contemporain et du Fonds Raoul-Hausmann, lequel compte près de six cents numéros. Après les vidéos de Thierry Kuntzel (23 sept.-17 déc.), le nouveau directeur prépare pour le printemps l’exposition « Après la pluie », sur l’Arte povera et ses prolongements. Suivra à l’été 2007 la première exposition importante en France de l’artiste Anthony McCall, dont une œuvre troublante, You and I, Horizontal, a été vue sur « Art Unlimited » à la dernière Foire de Bâle. Un projet qu’il avait dans ses valises depuis plusieurs mois.

(1) Les noms de Christian Bernard, directeur du Mamco à Genève, de Gérard Audinet, conservateur au MAMVP, et de Laurent Le Bon, futur directeur du Centre Pompidou-Metz, avaient circulé.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°242 du 8 septembre 2006, avec le titre suivant : Salve de nominations

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque