Vendredi 14 décembre 2018

Rubens retrouvé

Sa vente, prévue en Espagne, est ajournée

Le Journal des Arts

Le 25 mai 2001 - 335 mots

Considéré comme perdu depuis presque trois siècles, le tableau Vertumne et Pomone de Rubens est récemment réapparu dans une collection particulière grâce aux recherches de MatÁ­as DÁ­az Padrón, conservateur des départements hollandais et flamand au Musée du Prado. La mise aux enchères de l’œuvre, prévue au début du mois de mai, a été repoussée à une date ultérieure pour cause de « désaccord entre les propriétaires ».

MADRID (de notre correspondante) - Alors qu’on la croyait détruite dans l’incendie de l’Alcazar de Madrid en 1734, l’œuvre de Rubens (1577-1640), Vertumne et Pomone a été mise au jour dans une collection particulière. Bien qu’enregistrée dans l’inventaire de 1636 de l’Alcazar, cette huile sur toile de la période classique du maître flamand n’apparaissait ni dans les registres des œuvres sauvées de l’incendie ni dans ceux des possessions des Bourbons d’Espagne. Représentant une fable mythologique étrusque que les Romains ont adoptée, ce tableau de 115 x 194 cm met en scène Vertumne, dieu des Jardins et des Récoltes, et Pomone, nymphe protectrice des Fruits, entourés d’une végétation luxuriante – hommage à une nature généreuse et féconde. Éxécutée entre 1615 et 1617, l’œuvre a rejoint Madrid en 1623 pour décorer, avec quelque 24 autres tableaux, les salles de la Torre de la Reina de l’Alcazar qu’occupaient Philippe IV et son épouse Isabelle de Bourbon. Lorsqu’en 1627 l’infante Isabelle Claire Eugénie, régente des Pays-Bas, envoya Rubens, peintre de sa cour, à Madrid en mission diplomatique, le peintre découvrit, dans les salons du palais madrilène, son œuvre aux côtés des autres tableaux de la même série. Au début du mois de mai, la maison de vente Ansorena aurait dû proposer Vertumne et Pomone pour une valeur estimée entre 33 et 40 millions de francs. Cependant, l’enchère a été reportée. De façon anonyme et jusqu’à une date limite, les acheteurs devaient faire une offre pour ce tableau qui aurait été cédé au mieux-disant. Les propriétaires de l’œuvre, restés anonymes, ne se sont manifestement pas mis d’accord sur les conditions de la vente.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°128 du 25 mai 2001, avec le titre suivant : Rubens retrouvé

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque