Mercredi 21 février 2018

Restitutions, découvertes, inaugurations, donations... C’est arrivé cet été

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 11 février 2008

Le galeriste new-yorkais Adam Williams a été condamné à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nanterre pour le recel d’un tableau ayant appartenu au collectionneur juif français Adolphe Schloss, pillé en 1943 par les nazis.

Affaire Schloss : suite et fin
NANTERRE, 6 juillet.  Le tribunal a également ordonné la restitution aux héritiers du tableau Portrait du pasteur Adrianus Tegularius signé Frans Hals, acquis en 1989 auprès de Christie’s, à Londres. La collection Schloss était composée à l’origine de 333 tableaux, dont la moitié n’a toujours pas été restituée.

Des millions pour Léonard
LONDRES, 10 juillet. Un dessin de Léonard de Vinci (voir ci-contre) a été vendu pour plus de 8 millions de livres (85 millions de francs), par Christie’s, lors d’une vente consacrée aux dessins des “Maîtres anciens”, égalant ainsi le record mondial établi l’an dernier par un dessin de Michel-Ange. Estimée à 3,5 millions de livres, Cheval et cavalier était une étude préparatoire pour la première grande composition du peintre, L’Adoration des Mages, conservé au Musée des Offices à Florence.

Le Grand Palais fait peau neuve
PARIS, 11 juillet. Les travaux du Grand Palais, à Paris, dont la grande nef est fermée depuis fin 1993 en raison de l’usure de ses structures, ont enfin débuté. Un échafaudage a été assemblé pour démonter et déposer, au mois d’août, les quadriges de Récipon, L’Harmonie triomphant de la Discorde (côté Seine) et L’Immortalité devançant le temps (côté Champs-Élysées), qui coiffent le bâtiment. La restauration des groupes sculptés n’est que le prélude aux deux grandes phases de travaux qui démarreront cet automne jusqu’en 2005, et dont le budget s’élève à 784 millions de francs.

Un institut pour l’histoire de l’art
PARIS, 11 juillet. Réclamé depuis vingt ans, l’Institut national d’histoire de l’art (Inha) pour l’enseignement et la recherche verra enfin le jour avec le décret portant sa création, présenté en Conseil des ministres par Jack Lang. Placé sous la triple tutelle des ministères de l’Éducation nationale, de la Culture et de la Recherche, l’institut regroupera les principales collections existantes en une bibliothèque de plus de 1,5 million de documents, située dans les anciens locaux de la Bibliothèque nationale de France rue de Richelieu, à Paris. Ce sera aussi un lieu de recherches pour les équipes universitaires, les sociétés savantes et les scientifiques internationaux. La première phase de l’installation – consacrée à la rénovation du bâtiment et à l’aménagement d’établissements d’enseignement et de recherche, de la direction et de l’administration –, dont le budget prévisionnel est fixé à 130 millions de francs, devrait s’achever en décembre 2002. La seconde phase, concernant la bibliothèque, s’étendra de 2003 à 2006.

La Birmingham antique
LONDRES, 12 juillet. Des vestiges de l’âge du bronze, des ruines romaines et un village de l’âge du fer (IIe et Ier siècles avant J.-C.) ont été découverts le long d’un chantier autoroutier près de Birmingham. “Ces découvertes signifient que la région a désormais des traces de toutes les périodes historiques depuis la préhistoire”, a expliqué l’archéologue Mark Hodder.

Ernst Beyeler accusé
BÂLE, 13 juillet. Jen Lissitzy, Américain d’origine russe, vient de déposer plainte devant le tribunal civil de Bâle contre la Fondation Beyeler, propriétaire actuel de l’œuvre de Vassily Kandinsky Improvisation numéro 10, estimée entre 20 et 25 millions de francs suisses (58-105 millions francs). Ayant appartenu dans les années 1930 à la mère de Lissitzy avant d’être saisi par les nazis, le tableau a ensuite été cédé au marchand d’art Ferdinand Moeller, qui l’a lui-même revendu à Ernst Beyeler. Jen Lissitzy a déjà récupéré deux œuvres de la collection de ses parents : un tableau de Louis Marcoussis, retrouvé à Cologne, et un autre de Paul Klee à Kyoto.

La stratégie LVMH
PARIS, 13 juillet. Le groupe français de produits de luxe LVMH a annoncé la création d’une société commune regroupant les activités, au Royaume-Uni, de sa maison de vente aux enchères Phillips avec son homologue britannique Bonhams et Brooks. La nouvelle société sera détenue à “un peu plus de 50 %” par Louwman Brooks, la holding qui possède Bonhams et Brooks, et à “un peu moins de 50 %” par LVMH Art Investments, a précisé LVMH. Le patron de Moet-Hennessy/Louis Vuitton, Bernard Arnault, abandonne ainsi le contrôle de ses activités dans les enchères au Royaume-Uni, et marque un pas dans la course-poursuite à laquelle il se livre, dans le domaine des ventes, avec François Pinault, propriétaire de Christie’s, et patron du groupe Pinault-Printemps-La Redoute.

Des sous pour le Sud-Est
ARLES, 17 juillet. Le secrétaire d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle Michel Duffour vient d’annoncer que 600 millions de francs seraient consacrés sur sept ans à un plan de rénovation du patrimoine antique du sud-est de la France, dont la moitié prise en charge par l’État. Parmi les sites figurent les arènes et le théâtre antique d’Arles, le sanctuaire à portique et le théâtre de Vaison-la-Romaine, le mausolée et l’arc de triomphe de Saint-Rémy-de-Provence.

Restitution
NEW YORK, 19 juillet. Douze œuvres majeures, dont un Rembrandt et un Dürer, volées à l’Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale et estimées au total à 15 millions de dollars, ont été remises par les États-Unis au Musée de Brême.

Vestiges assyriens
NIMRUD (Irak), 20 juillet. Les vestiges d’un temple voué à Ishtar – déesse de l’amour et de la guerre dans la civilisation assyrienne –, des fresques, des statues et deux énormes sculptures représentant des lions ailés datant du roi assyrien Assurnazirpal II (884-860 avant J.-C.) ont été découverts à Nimrud, dans le nord de l’Irak. Selon des statistiques officielles, l’Irak, notamment le Kurdistan, compte plus de 10 000 sites archéologiques, la plupart encore inexplorés.

Nefertari retrouve le Caire
LE CAIRE, 21 juillet. Après le démantèlement du plus important trafic d’Antiquités égyptiennes des années 1990, l’Égypte a récupéré à Londres des pièces pharaoniques saisies par Scotland Yard, notamment la tête en granit de la reine Nefertari (XIXe dynastie), première femme de Ramsès II. Les objets, sculptures, bijoux en or, parchemins, papyrus, amulettes et restes de momies provenaient de la nécropole de Saqqarah ou de Qena (Haute-Égypte). Le réseau de trafiquants, dirigé par un restaurateur d’art du Devon (Grande-Bretagne), avait maquillé les pièces en souvenirs bon marché pour les sortir d’Égypte.

Une villa pour l’État
LILLE, 26 juillet. L’État est devenu propriétaire de la villa Cavrois, située à Croix, dans la banlieue lilloise. Construite par l’architecte Mallet-Stevens en 1932 et classée monument historique depuis 1990 (lire le JdA n° 111, 22 septembre 2000), la villa a été achetée 7,5 millions de francs tandis que sa réhabilitation est estimée à 50 millions de francs. Lorsque Lille portera en 2004 le titre de “capitale européenne de la culture”, elle accueillera deux expositions.

Saisie des archives Giacometti
PARIS, le 30 juillet. L’association Alberto et Annette Giacometti a protesté à la suite de la mise sous séquestre d’une partie de sa documentation. Prise à la demande de Me Da Camara, administrateur judiciaire de la succession, cette mesure a été décidée “sans débat contradictoire”, note Mary Lisa Palmer, présidente de l’association. Elle “s’appuie sur les craintes émises par Jacques Vistel, directeur du cabinet de Madame la ministre de la Culture, concernant l’intégrité du fonds d’archives Giacometti”, poursuit cette dernière, qui juge celles-ci “sans fondement”. En “l’absence de dialogue avec le ministère”, elle indique ne pas avoir d’indication sur la création de la Fondation Giacometti pour laquelle l’association a été créée

Les cadeaux de Niki.
NICE, 30 juillet. Niki de Saint-Phalle vient d’offrir au Musée d’art moderne et d’art contemporain (Mamac) de Nice plus de 170 de ses peintures, sculptures, gravures, lithographies et sérigraphies. Cette donation, estimée à 117 millions de francs, permet au Mamac de Nice de devenir “le second point de référence de la démarche artistique de Niki de Saint-Phalle en Europe, après le Musée de Hanovre en Allemagne”, a précisé Michèle Brun, attachée de conservation au musée, chargée de la réception des œuvres et de leur exposition au printemps 2002. Outre certains Action-tirs réalisés en 1960-1963, des Nanas ou animaux du bestiaire des années 1970, la donation comprend des créations plus récentes comme les Totems, inspirés par la culture des civilisations indiennes du sud de la Californie. Parallèlement, la ville de Nice s’est portée acquéreur de deux œuvres de l’artiste, un buste de Marilyn Monroe (1964) et un Tir, pour un montant de 4 millions de francs.

Les trésors de Perpérikon
SOFIA, 4 août. Des archéologues bulgares ont découvert les restes d’un des monastères les plus riches de l’Empire byzantin édifié à côté d’un sanctuaire thrace, sur un site religieux vieux de 2 500 ans, Perpérikon. À ce jour, 15 sceaux de nobles byzantins, comportant leur origine, leur titre et leur nom ainsi que la matrice en onyx noir du sceau du monastère, que le supérieur portait en collier, ont été mis au jour. À Perpérikon, les chercheurs avaient déjà trouvé des mosaïques médiévales en marbre intactes ainsi que plusieurs tables d’autel, dont une, parfaitement conservée datant de plus de 1 000 ans.

Décès
PARIS, 8 août. Jacques Kerchache, commissaire scientifique du futur Musée du quai Branly à Paris, est décédé à l’âge de cinquante-neuf ans. Spécialiste reconnu, il avait sélectionné les 120 objets exposés au Louvre en préfiguration du futur musée. Il comparait volontiers certaines statues africaines à des Michel-Ange et se voulait le chantre de “l’art sans discrimination”. “Mode et goût sont des mots interdits dans mon vocabulaire. L’art, c’est d’abord la jouissance esthétique”, clamait-il.
12 août. Pierre Klossowski, auteur de Sade mon prochain, et de la trilogie Les Lois de l’hospitalité – Roberte ce soir (1953), La Révocation de l’édit de Nantes (1959) et Le Souffleur (1960) – est décédé à l’âge de quatre-vingt-seize ans. Écrivain, peintre, théologien, traducteur de Kafka, Suétone, Nietzsche, Kierkegaard, Virgile, et même acteur, Pierre Klossowski avait obtenu le Prix des critiques en 1965, avec son roman fantastique Le Baphomet, et le Grand Prix national des lettres en 1981. Frère du peintre Balthus, lui-même disparu en février dernier, il se consacrait essentiellement à la peinture depuis de nombreuses années.

Sur les traces de Neandertal
BRUXELLES, 16 août. Des archéologues de l’Université catholique de Louvain ont découvert une série de couteaux de chasse en pierre vieux de 133 000 ans, lors de fouilles menées à Lanaken, près de la frontière avec les Pays-Bas. “Ces couteaux servaient au découpage du gibier. Il s’agit d’une première en Europe, dont l’importance est cruciale pour comprendre l’implantation des hommes de Neandertal”, a précisé un responsable de l’université, Patrick Bringmans. Lors de ces fouilles, les archéologues ont également découvert une serpe de la même époque.

La Sofiensale partie en fumée
VIENNE, 16 août. La Sofiensale, édifice historique du centre de Vienne datant du XIXe siècle, a été ravagée par un incendie. Elle abritait d’anciennes salles de bal impériales dans lesquelles le compositeur Johann Strauss et, plus récemment, Herbert von Karajan avaient donné des concerts. Très prisé pour l’acoustique exceptionnelle de ses salles, le bâtiment abritait de nombreuses fêtes ou événements musicaux, et était aussi devenu une discothèque très courue. Il ne reste aujourd’hui quasiment que ses murs extérieurs.

Rendez-nous nos frises
LONDRES, 19 août. La Grèce a offert de prêter à Londres des centaines de trésors archéologiques, découverts récemment, pour tenter d’obtenir la restitution de la frise orientale du Parthénon (Ve siècle avant J.-C.), avant les Jeux olympiques de 2004 à Athènes. Evangelos Venizelos, ministre grec de la Culture, estime que ce marché pourra mettre un terme à l’impasse entre les deux pays au sujet des frises que Lord Elgin, ambassadeur britannique dans l’Empire ottoman, avait fait enlever en 1801 et que la Grèce réclame depuis des décennies. En mars dernier, le Premier ministre britannique, Tony Blair, avait pourtant réaffirmé le refus du British Museum de les restituer.

Un Chagall ou la paix
NEW YORK, 20 août. Un groupe jusque-là inconnu se faisant appeler “Commission internationale pour l’art et la paix” a revendiqué le vol d’une œuvre de Marc Chagall au Musée juif de New York en juin. Le musée a reçu une lettre stipulant que l’Étude pour un tableau sur Vitebsk de 1914 ne serait restituée que lorsque la paix serait revenue entre Israël et les Palestiniens.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°131 du 31 août 2001, avec le titre suivant : Restitutions, découvertes, inaugurations, donations... C’est arrivé cet été

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque